Bell veut raccrocher les décrocheurs avec cette nouvelle technologie WiFi

Publié le 24/01/2018 à 09:29

Bell veut raccrocher les décrocheurs avec cette nouvelle technologie WiFi

Publié le 24/01/2018 à 09:29

Après Google, Linksys et Netgear, entre autres, voilà que c'est au tour de Bell de procéder au lancement d'une nouvelle gamme de routeurs WiFi capables de créer des réseaux maillés («mesh networks»). Conçus par la société californienne Plume, les petites capsules se branchent tout simplement à la prise de courant de son choix, étendant la couverture WiFi de la borne principale à l'ensemble d'une (grande) maison.


Ces capsules ne seront pas vendues, mais plutôt louées, à raison de 5 dollars par mois pour un ensemble de quatre. Elles ne seront initialement compatibles qu'avec la Borne 3000 du service Fibe de Bell, mais une mise à jour logicielle sera envoyée à d'autres bornes de la gamme afin d'élargie leur disponibilité à plus de clients.


À LIRE ÉGALEMENT: Comment offrir l'intelligence à votre maison


Compactes mais rapides (on parle de WiFi AC), ces petites bornes sont à peu près invisibles une fois installées. Bell en rajoute avec une application qui en simplifie l'installation, et des réglages dynamiques gérés par la borne principale qui s'assure que les appareils sans fil connectés au réseau se branchent à la bonne borne, et à bonne fréquence (il y en a trois) et au bon canal (il y en a plusieurs).


Le WiFi, à la fois le problème et la solution


En un mot, les réseaux maillés sont une petite révolution pour les propriétaires de maisons ou de grands logements, comme ces condos à plusieurs étages qu'on voit dans les plus récents quartiers de Montréal. Les bornes offertes par Bell et Plume semblent parmi les plus sophistiquées (comme celles d'Eero et de Google, notamment), assurant une bande passante maximale de bout en bout du réseau.


Un détail important quand on a une fibre optique ultrarapide à la maison, observe, avec raison, Nicolas Poitras, le vice-président aux services résidentiels de Bell rencontré hier au campus Bell de l'Île des Sœurs, en plein verglas. «Souvent, les gens qui trouvent leur connexion Internet lente ne réalisent pas que le problème se situe au niveau de leur réseau WiFi», dit-il.


À LIRE ÉGALEMENT: Profitez du soleil sans perdre votre WiFi


Même la borne la plus rapide (utilisant la bande 5 GHz) aura de la peine à traverser les murs de votre maison, ce qui en réduit la portée. Comme on ne décide pas toujours où se trouve le câble reliant notre résidence au réseau de notre fournisseur, même un mastodonte comme la borne de Bell Fibe peut ainsi devenir inefficace. Pis, certains appareils peuvent décider de se reconnecter à la fréquence 2,4 GHz (qui a une meilleure portée, mais une moins grande bande passante), ce qui réduira encore un peu plus la capacité de transfert des données.


Pour la messagerie, ça ne change pas grand-chose. Pour de la vidéo de bonne qualité, ça fait une certaine différence. En gérant les appareils de façon dynamique, les bornes de Bell promettent de maximiser la connexion au cas par cas, assurant ainsi qu'une Apple TV dans le grenier soit aussi bien servie qu'une console Xbox dans le sous-sol. 



Attirer les décrocheurs du câble


Début janvier, plus d'un client de l'autre gros fournisseur de services sans fil au Québec, Vidéotron, ont poussé un grognement de frustration en constatant la hausse du coût de leurs services. Ça va de 2 à 8 dollars par mois par client, selon le cas. C'est beaucoup. Et plusieurs ont alors probablement pensé qu'il serait temps d'aller voir ailleurs.


Ce qu'on entend, de ces gens, c'est qu'ils souhaitent tout couper. Personne ne dit jamais "ah, je pense que je vais aller chez Bell", comme si les deux géants étaient identiques, un en jaune, l'autre en bleu.


Cette réaction va dans le sens d'un phénomène en forte croissance partout en Amérique du Nord, et de façon un peu plus timide au Québec : les gens décrochent. Bye bye câble, téléphone résidentiel, etc. Bonjour les services par Internet!


À ce jeu, Bell pense qu'offrir un service Internet haut de gamme, incarné par ses nouvelles capsules WiFI, est la clé pour raccrocher ces gens insatisfaits des services traditionnels.


 


«De toute façon, ces gens ont besoin d'un accès à Internet. Chez Bell, on pense qu'offrir un service à la fine pointe est le meilleur moyen de desservir ces gens», ajoute M. Poitras.




Bell peut ensuite tenter de les séduire davantage avec des offres comme Alt Télé, un service télévisuel passant exclusivement par Internet, Crave TV, le Netflix tout canadien de Bell, et ainsi de suite.


«Rendu là, ce qu'on voit, c'est que les internautes préfèrent payer pour un service légitime plutôt que d'aller du côté des contenus piratés», continue Nicolas Poitras.


Vidéotron a sensiblement la même offre vidéo du côté de son club Illico. Les deux sociétés peuvent ainsi en donner plus, une stratégie que les indépendants plus modestes ne peuvent déjouer qu'en offrant des services à la pièce plus abordables.


Avec ses nouvelles capsules WiFi, Bell peut désormais se targuer d'assurer une couverture WiFI mur-à-mur qui assurera que ses services web se rendront à destination le plus efficacement possible.


Suivez-moi sur Twitter:





Suivez-moi sur Facebook:


À propos de ce blogue

Autrefois, on appelait ça de l'électronique mais de nos jours, les nouvelles technologies vont bien au-delà des transistors et des circuits imprimés. Des transactions bancaires à l'écoute en rafale d'émissions de télé les plus populaires, la technologie est omniprésente. Et elle comporte son lot de questionnements. Journaliste spécialiste des technologies depuis bien avant l'avénement du premier téléphone intelligent, Alain McKenna a observé cette évolution sous tous ses angles et livre ici ses impressions sur le sujet.

Alain McKenna
Sujets liés

Technologie , techno

Sur le même sujet