Ultra HD : une télé ou un projecteur, la question à 4000 dollars

Publié le 10/07/2018 à 11:17

Ultra HD : une télé ou un projecteur, la question à 4000 dollars

Publié le 10/07/2018 à 11:17

Ça fait un moment que la télé 4K, ou Ultra Haute Définition (ou Ultra HD, ou encore, UHD) existe. L’automne dernier, Apple a mis en marché un nouvelle Apple TV offrant l’achat et la location de films 4K, un geste qui a été perçu par plusieurs comme le coup de pouce dont avait besoin ce format pour réellement décoller.


À VOIR: Que penser de cette serrure et cette sonnette connectées de Nest?


Vidéotron, Bell, Netflix et d’autres encore offrent aussi leur part de contenu 4K. Bref, il y a quand même une offre, et contrairement à la télé 3D, on sent que l’évolution se fera, graduellement mais sûrement, vers ce qui est appelé à devenir une nouvelle norme pour la télé et le cinéma maison.


Sauf qu’en ce moment, c’est relativement hors de prix. Le contenu est accessible moyennant quelques dollars de plus que le format HD, et les appareils pour en profiter pleinement sont rares. Plus rares que vous le soupçonnez probablement, vu que pour réellement ressentir l’effet d’un affichage 4K, ça prend un grand, très grand écran. Quelque chose faisant au moins 60 pouces de diagonale.


Et là encore, ça prend aussi un grand portefeuille. La preuve : voici deux appareils permettant d’afficher du contenu 4K dont le prix de détail est au bas de la fourchette, à 4000$. 


Une télé OLED signée LG


Dans ce contexte, les nouveaux téléviseurs OLED C8 de LG Electronics tombent à pic, surtout qu’ils sont offerts en trois formats somme toute raisonnables de 55, 65 et 77 pouces. Pour faire bonne mesure, le fabricant coréen ajoute une commande vocale (appelée ThinQ, comme son nouveau mobile, le G7) à son interface webOS (version 4.0), et la compatibilité avec les normes Dolby Vision, HDR et HDR10. Bref, le dernier cri.


LG C8


Pas pour rien si ce téléviseur a remporté un prix d’innovation au CES, en janvier dernier...


À l’écran, les couleurs et les contrastes sont étonnants. Grâce à l’interface webOS (anciennement de Palm, oui oui), on a directement accès à du contenu optimisé pour l’UHD provenant de Netflix, Youtube et d’ailleurs sur Internet. À condition d’avoir le bon forfait d’abonnement à ces services. Au moins, ça évite d’avoir à se questionner sur la compatibilité de votre câble HDMI avec la vidéo 4K, puisque tout est déjà dans le téléviseur.


Il ne manque qu’un signal WiFi (ou Ethernet) assez dégourdi pour laisser passer toutes ces images sans en ralentir le rythme. Ça prend au moins 15 mégabits par seconde (mb/s), selon les recommandations des fournisseurs.


On n’a pas pu mettre à l’essai le fameux protocole Dolby Atmos, qui recrée un son pseudo ambiophonique à partir d’enceintes stéréo aplaties, du genre qui peut tenir dans le boîtier ultra mince de ce téléviseur. Un conseil : ne basez pas votre décision d’achat sur ce seul critère...


Ironiquement, après essai, ce n’est pas la qualité de l’image qui s’avère le principal attrait de ce téléviseur. À 55 pouces, à distance de sofa, on peut très bien vivre avec une source HD. Les contrastes d’une image HDR sont superbes, mais n’ajoutent que si peu à l’expérience totale. En revanche, tout le reste sur ce téléviseur vaut le détour. L’appareil est élégant (son cadre minimaliste est apprécié) et l’interface est fort jolie (a-t-on mentionné qu’on s’ennuyait de Palm?). L’appareil démêle simplement les entrées HDMI et les diverses sources de vidéo. Bref, LG préfère en donner plus que moins, une approche typiquement coréenne diront les amateurs de voitures, qui fait mouche ici aussi. On vous laisse décider si ça veut le prix de détail demandé.


Un projecteur lumineux signé Epson


En matière de cinéma maison, un projecteur, c’est la classe... à condition qu’il soit conçu pour. Des projecteurs de bureau qui ne projettent pas suffisamment de pixels sur une toile réfléchissant trop peu de lumière pour se faire oublier, ce n’est pas ce qu’on appelle une expérience convaincante.


Epson HC4000


Mais pour environ le prix d’un bon téléviseur UHD, on peut s’équiper d’un appareil générant une image sensiblement plus grande. Que diriez-vous d’une image 4K à 106 pouces de diagonale?


Si on ne veut pas se ruiner, le choix n’est pas abondant. BenQ, Epson et Optoma offrent des projecteurs sous les 4000 dollars qui prétendent faire l’affaire. Curieux, on a testé le Home Cinema 4000 d’Epson, pour s’en faire une idée.


Sur la boîte, il est décrit comme un projecteur «4Ke», pour «4K Enhancement». C’est une façon de tricher, disons, pour reproduire 4 millions de pixels. On n’obtient pas réellement les 3840 x 2160 pixels d’une véritable image 4K, mais on s’en approche. Trois de ces processeurs sont superposés pour recréer le spectre des couleurs complet, devant une source lumineuse de 2200 lumens. L’appareil se dit capable d’un rapport de contraste de 140000:1, ce qui, pour un projecteur, est très bien.


Costaud, mais silencieux, c’est le seul des trois projecteurs 4K cités ici doté d’un réglage initial électronique de l’image contrôlable via la télécommande (le zoom, la distorsion, la mise au foyer...). C’est un gros plus si on accroche l’appareil au plafond.


Il est aussi conçu pour être relié à un réseau domestique mais on n’a pas réussi à le faire découvrir le WiFi de la maison.


En revanche, on a pu visionner quelques matchs de la Coupe du Monde via un récepteur 4K (le projecteur accepte le signal 4K UHD mais l’adapte à sa propre résolution maximale un peu moins élevée), qui allait malheureusement chercher une source lourdement compressée chez TSN et RDS.


Bref, pour le sport en 4K en direct, il faudra repasser. En revanche, l’image était si lumineuse qu’on pouvait laisser les rideaux ouverts et le soleil plomber dans le salon et on y voyait encore très bien l’image. Un gros plus aussi dans le contexte de jeux vidéo, où l’effet d’assombrissement des mouvements rapides était beaucoup moins embêtant dans ce cas-ci que dans le cas du projecteur HD remplacé.


Dans le cas de films en 4K, pas de HDR, mais une image un brin rehaussée, ce qui est plus apparent quand sa diagonale fait 106 pouces, plutôt que 55 po... De là à allonger 2600$ (plus l’éventuel prix d’une toile, du câblage, etc.)?


On va patienter encore un peu. Le 4K est tentant, mais l’ensemble de la chaîne télévisuelle, et votre médiathèque ne justifient probablement pas d’y investir une somme importante à l’heure actuelle.


À LIRE ÉGALEMENT: Peut-on avoir une maison intelligente sans être connectée?


Suivez-moi sur Facebook:



Suivez-moi sur Twitter:




À propos de ce blogue

Autrefois, on appelait ça de l'électronique mais de nos jours, les nouvelles technologies vont bien au-delà des transistors et des circuits imprimés. Des transactions bancaires à l'écoute en rafale d'émissions de télé les plus populaires, la technologie est omniprésente. Et elle comporte son lot de questionnements. Journaliste spécialiste des technologies depuis bien avant l'avénement du premier téléphone intelligent, Alain McKenna a observé cette évolution sous tous ses angles et livre ici ses impressions sur le sujet.

Alain McKenna
Sujets liés

Technologie , techno

Sur le même sujet

LG G7 ThinQ: à l'épreuve du vieillissement, en attendant les écrans pliables

03/05/2018 | Alain McKenna

BLOGUE. LG ne sait pas ce que le futur nous réserve, mais son nouveau téléphone est prêt pour ce futur.

Téléphones intelligents: nouvelles perspectives de croissance

22/09/2017 | lesaffaires.com

INFOGRAPHIE. Avec les récents lancements d'Apple ou Samsung, les livraisons ne devraient pas ralentir. Au contraire.