Un placard ça se loue? Intact croit que oui

Publié le 11/07/2018 à 09:20

Un placard ça se loue? Intact croit que oui

Publié le 11/07/2018 à 09:20

Jessie est un hôte Sharebee. Il valorise son sous-sol en le louant à la pièce. Intact a créé une assurance sur mesure pour les locateurs comme lui.

Louer son placard, ça se peut?


Hé oui! Le site québécois Sharebee permet à un particulier de louer un espace d’entreposage aussi petit qu’un placard ou aussi grand qu’un entrepôt de 25 000 pieds carrés. On peut remiser ses papiers d’impôts ou son véhicule. Espace inutilisé d’un côté, déficit d’espace de l’autre, c’est la quintessence de l’économie collaborative.



Petit hic: l’assurance. Les polices d’assurances sont conçues pour une économie de possession: j’achète un bien, j’en suis le propriétaire et l’utilisateur unique, je l’assure en mon nom. Mais si ma voiture ou mon climatiseur sont entreposés chez monsieur Tremblay, qui réside à trois rues de chez moi, qu’en pense mon assureur? Ça déclenche chez lui une poussée d’urticaire!


Le rapport de Groupe de travail sur l’économie collaborative (Québec), déposé il y a quelques semaines, identifie l’absence de polices d’assurances adéquates comme un des principaux freins au déploiement de cette industrie au Québec.


«Notre courtier a appelé tous les joueurs de l’assurance au Québec, raconte Maxime Villemure, fondateur et PDG de Sharebee. La réaction générale fut : on ne touche pas à ça, c’est trop compliqué! Il n’y a pas assez de données historiques, on ne peut pas évaluer le risque et construire un modèle d’affaires.» Seul Intact a rappelé. «Je me suis présenté à la rencontre avec des copies de polices européennes, poursuit l’entrepreneur. Axa et le Maif assurent tous deux des biens partagés et les espaces qui y sont associés.»


Intact a confié le dossier à ses actuaires et à l’équipe légale. De nombreux courriels ont été échangés avec Sharebee. «Ils voulaient comprendre le risque d’opération liés à notre plateforme, s’assurer que les locateurs sont des personnes de confiance, par exemple», confie Maxime Villemure.


Intact semble décidée à devancer ses pairs dans le dossier de l’économie collaborative. Le produit qu’elle a imaginé pour Sharebee est le second lié à ce secteur. Intact offre déjà une police pour les autos partagées sur le site québécois Turo. Si utilisez ce site pour louer votre auto pendant que vous ne vous en servez pas, Intact assure votre véhicule pendant la livraison et l’utilisation du véhicule par un tiers. Il faut aviser votre courtier de cette pratique, bien sûr.


Revenons à l’entreposage. Celui qui propose son espace sur Sharebee bénéficie d’une couverture de 250 000$ pour l’espace et 250 000$ pour la responsabilité civile. Celui qui le loue voit ses biens entreposés assurés pour 10 000$ et il jouit d’une responsabilité civile de 250 000$.



Sharebee a été lancée en décembre 2016. Cette couverture d’assurance, Maxime Villemure l’attendait avec impatience. «Ça change tout! Ça crée la confiance chez les clients. On a vu un impact direct sur les inscriptions sur le site.» Il poursuit, «Nous avons mis notre couverture d'assurance en évidence sur notre plateforme. Et une campagne publicitaire avec Intact est planifiée. Faire connaître cette alliance, c’est bon pour nous et c’est bon pour eux.»


Armée de sa couverture d’assurance sur mesure, Sharebee procédera au lancement «officiel» de sa plateforme au cours des prochaines semaines.


«Notre offre comble plusieurs enjeux. La densité urbaine, l’espace se fait rare. Les gens vivent dans des espaces plus petits, car l’immobilier est cher. Les revenus d’appoints sont populaires. Et puis, les entrepôts sont souvent situés dans des lieux excentrés, les femmes ne s’y sentent pas toujours en sécurité.»


On surveille donc cette campagne qu’Intact compte lancer à l’automne à propos de sa police entreposage et la réaction de ses pairs.


Décidément, les institutions financières – banques et assurances – se font bousculer par l'économie collaborative. Entre les investisseurs qui flirtent avec le financement participatif en capital et les citoyens qui veulent partager leurs biens entre eux, combien de temps l’industrie pourra-t-elle s’en tenir à son offre de produits traditionnelle?

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Hockey : ces titres peuvent-ils la mettre dedans ?

Édition du 22 Septembre 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Les matchs hors concours sont lancés et la saison approche à grands pas. Alors que les pools ...

La musique vous rend-elle plus productif?

19/09/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La plupart du temps, elle nous aide à travailler «vite et bien», selon une étude.