Appel à l'aide!

Publié le 12/06/2018 à 20:00

Appel à l'aide!

Publié le 12/06/2018 à 20:00

Anthony Bourdain. (Photo: Getty)

La nouvelle m’a terriblement bouleversé. J’étais attablé avec ma femme Karolyne et mes deux filles quand Paul Arcand, lui-même semblant abasourdi, a annoncé la nouvelle. Anthony Bourdain s’était enlevé la vie.


J’étais fan. Fan de lui, de son émission, de ses livres, de sa libre pensée, de son attitude «cool». À mes yeux il avait tout, selon lui, c’était tout le contraire.


Quelques jours auparavant, c’était la designer Kate Spade et malheureusement chaque jour au Québec, trois des nôtres font ce même triste choix. 


En moyenne, plus de mille Québécois mettent fin à leur vie chaque année. Une statistique catastrophique qui mérite toute notre attention.


Chez les entrepreneurs, le portrait n’est guère plus reluisant. Combien d’entre eux me parlent en toute confidence de leurs détresses, de leurs peurs, de leur solitude.


Sans surprise, l’entrepreneur est également à risque. Certaines études démontrent même à quel point le problème, longtemps tabou dans l’univers entrepreneurial, devient inquiétant.


À première vue, l’entrepreneur semble malheureusement être une victime idéale. Dans le monde des affaires, il faut se le dire, aucun signe autre que celui de la performance n’est permis.


Imaginez un entrepreneur aller voir ses actionnaires et leur dire qu’il a besoin de trois semaines de repos car il est «à boutte». Avez-vous déjà pensé à expliquer à votre banquier que vous avez besoin d’aide psychologique à quelques semaines de la renégociation de votre marge de crédit. Poser la question, c’est y répondre! 


Je l’admets. Être à la tête d’une entreprise peut parfois devenir insupportable. Comme entrepreneur, on se met beaucoup de pression et on nous met beaucoup de pression. La banque, les clients, les employés, les actionnaires, les partenaires, le marché, les lois… la fameuse solitude entrepreneuriale prend bien souvent tout son sens. Comme dit si bien le proverbe, «It’s lonely at the top». 


À la fin de la journée, on est responsable de tout. Pour certains d’entres nous, cette pression quotidienne épuise comme le supplice de la goutte. Épuisement professionnel, irritabilité, stress constant, insomnie, problèmes de couple et problèmes de dépendance sont tous des ingrédients, qui, au fil du temps pour certains, mènent à l’irréparable.


Étonnamment, quand on pense à Anthony Bourdain, Kate Spade ou Robin Williams, on imagine une vie parfaite où célébrité et argent ouvrent toutes les portes du bonheur. Pourtant, il ne suffit que de gratter un peu afin de voir à quel point la dépression peut être fatale, peu importe dans quel millieu.


Dans l’univers des startups, le problème est tel que l’on parle même d’une épidémie. Selon une récente étude de l’Université de Californie, 30% d’entrepreneurs souffriraient d’une quelconque forme de dépression… un entrepreneur sur trois!


On peut vivre en voyant ce qui se passe ou en changeant ce qui se passe. Je vous annonce qu’à partir de maintenant, tous les adoptés des cohortes du mouvement Adopte inc suivront une formation sur la dépression et l’importance de prendre les premiers signes très au sérieux. 


Je vous laisse avec l’espoir que cette chronique ouvrira les yeux de plusieurs sur ce que peuvent vivre certains proches. Pour d’autres, j’espère leur avoir donné le courage de «lever la main» et de dire qu’ils ont besoin d’aide.


Du fond du cœur, si vous avez besoin d’aide ou avez des idées suicidaires, faites signe. Appelez un ami, dites-le à un membre de votre famille ou pointez-vous à l’urgence où au poste de police. Ne commettez pas l’irréparable, on a tous besoin de vous!


 


Les centres de prévention du suicide :


www.aqps.info/besoin-aide-urgente/liste-centres-prevention-suicide.html


 


Suicide action Montréal : 1-866-277-3553

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Nicolas Duvernois