Et si Nike venait de réinventer le monde des affaires?

Publié le 11/09/2018 à 13:57

Et si Nike venait de réinventer le monde des affaires?

Publié le 11/09/2018 à 13:57

La publicité de Nike mettant en vedette Colin Kaepernick. (Photo: Getty)

BLOGUE INVITÉ. Combien de fois a-t-on entendu le fameux adage qui dit que consommer c’est voter? On ne le réalise malheureusement pas assez, surtout au Québec, mais acheter «intelligemment» est beaucoup plus puissant qu’on ne le pense.


Avec l’avalanche d’informations que l’on peut trouver en quelques secondes au bout de nos doigts, le consommateur est de plus en plus outillé et informé quand vient le temps d’acheter tel ou tel produit.


Depuis quelques années, on voit une forte croissance dans ce que j’appelle «l’achat intelligent». Que ce soit d’acheter ses fruits et légumes de producteurs locaux, de supporter une entreprise socialement impliquée dans sa communauté ou d’encourager les initiatives pro-environnementale de certains commerçants, l'achat intelligent peut prendre plusieurs formes.


L'idée n’est pas nouvelle. On a qu’à penser à Patagonia, Whole Foods Market ou plus récemment aux chaussures Toms pour réaliser que l’on peut bâtir de superbes entreprises tout en supportant fortement, autant en idée qu’en actions, une cause spécifique. 


En analysant de plus près le phénomène, on réalise que le mouvement «grano-environnemental» a permis l’éclosion de cette pratique d’affaires. Un peu ironique de penser qu’il y a près d’une quarantaine d’années, des entreprises se spécialisant dans la vente de produits naturels et qui avaient comme priorité la sauvegarde de l’environnement avant les bénéfices soient aujourd’hui les pionniers d’une révolution planétaire du monde des affaires.


Il suffit qu’un géant bouge afin que des milliers suivent. Rappelons-nous d’Apple qui a révolutionné le téléphone avec l'Iphone ou de l'offensive de Red Bull sur le marché des boissons énergétiques. Premier sur leur créneau respectif, ils ont créé une tendance irréversible. 


La dernière campagne publicitaire de Nike a, selon-moi, marqué une nouvelle aire où l’implication d’une entreprise n’est plus parallèle à son développement, mais fait partie intégrante de celui-ci.


En choisissant comme porte-parole le controversé joueur de Football Colin Kaepernick, Nike a clairement décidé de ne plus être «uniquement» un vendeur de chaussures ou de vêtements de sport, mais aussi un citoyen corporatif à part entière. 


Bien que Nike ne soit pas la première entreprise à agir ainsi, elle est certainement la plus grande, la plus reconnue, la plus puissante à le faire.


Il ne suffit que de voir la réaction planétaire immédiate pour s’apercevoir du poids et de l’incidence de leur décision. En une seule image et surtout avec un seul message, «Believe in something. Even if it means sacrificing everything», Nike vient de permettre à des centaines, voire des milliers d’entreprises de suivre le pas courageux, et parfois risqué, de prendre position dans une société aussi polarisée que la nôtre. 


Certains diront que c’est un jeu extrêmement dangereux, qui risque de déplaire à de nombreux consommateurs. Cependant, selon les dernières nouvelles, les ventes en ligne de Nike ont progressé de plus de 30% en quelques jours à peine. Qui a raison? Seul l’avenir nous le dira, mais une chose est certaine: fini le temps où les entreprises n’étaient que des citoyens corporatifs quand venait le temps de payer des impôts. Aujourd’hui, et surtout dans les prochaines années, nous verrons de plus en plus d’entreprises prendre parole, ce qui modifiera forcément nos habitudes de consommation… A suivre!

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Nicolas Duvernois