Les producteurs agricoles méritent plus de reconnaissance

Publié le 17/04/2018 à 14:42

Les producteurs agricoles méritent plus de reconnaissance

Publié le 17/04/2018 à 14:42

(Photo: 123rf.com)

Il est temps de reconnaître les producteurs agricoles à leur juste valeur.


J'ai eu la chance samedi dernier de participer à une journée porte ouverte avec une de mes filles dans une ferme laitière de St-Agathe-de-Lotbinière. Il faut dire que j'étais chanceux d'avoir fait le tour avec des experts en la matière. Tout au long de la visite de la Ferme Champagne et frères, j'avais comme guide Roxanne, la cousine de ma femme, et son mari Pierre-Luc, un couple de jeunes producteurs laitiers gaspésiens de la ferme Laitjoie. 


J'y allais par curiosité, avec l'intention de passer un superbe après-midi avec ma fille, pour lui faire découvrir un univers totalement différent que celui dans lequel elle vit.


Plusieurs fois par année, l'Union des producteurs agricoles, la Coop-fédérée et d'autres acteurs du milieu organisent des journées portes ouvertes afin de partager leur passion et leur savoir-faire. Certains venaient voir la plus récente technologie dans le domaine de la production laitière, alors que d'autres, comme nous, venaient sans trop avoir d'attente spécifique, à part voir des vaches!


Comme ma fille aime beaucoup le lait, je me suis dit que ce serait une bonne idée qu'elle comprenne comment sa boisson favorite est produite. De plus, elle était excitée de pouvoir y aller, pour - comme elle m'a demandé avant de partir -, danser avec les vaches. Comment dire non. 


Je vous l'avoue bien franchement, ce que j'y ai découvert m'a ouvert les yeux encore plus grands sur l'importance de reconnaître les producteurs agricoles et les éleveurs à leur juste valeur. 


Vous le savez, je suis un ardent défenseur et promoteur des produits québécois. Lors de mes très nombreux déplacements en région, j'ai la chance de rencontrer des entrepreneurs de différentes industries. J'ai toujours une petite attention particulière envers ceux de la terre qui, littéralement, nous nourrissent. Que ce soit des producteurs de porc, de lait ou de blé, j'ai un immense respect pour ces entrepreneurs qui malheureusement, ne sont pas souvent reconnus comme tel. 


Les clichés, stéréotypes ou incompréhension de cet univers doivent disparaître. Je voyais, pendant ma visite, la fierté dans les yeux des propriétaires et employés de cette ferme de près de 400 vaches. En posant des questions à Pierre-Luc et Roxanne, je voyais dans leurs réponses, et surtout dans le non-verbal, la passion pour ce qu'ils font, leur amour pour leurs vaches.


Malheureusement, la réalité de l'immense majorité d'entre eux est extrêmement difficile. Que ce soit de travailler sept jours sur sept pendant des heures interminables, de devoir débourser des frais exorbitants pour se lancer en affaires ou de la difficulté à trouver du financement ou de la main-d'œuvre afin d'avoir un peu d'aide… La réalité entrepreneuriale des producteurs agricoles est aussi, voire même plus complexe que celle de tout autre entrepreneur.


Il faut également revoir notre manière de consommer. Étonnamment, on ne se pose aucune question quand vient le temps de manger dans un établissement de restauration rapide ou quand on achète une boisson gazeuse avec une liste d'ingrédients plus longue que la bible, mais on proteste envers le prix du veau ou de tout autre produit local que l'on trouve parfois trop cher!


Cette visite était finalement aussi passionnante pour moi que pour ma fille. La qualité des installations et le traitement quasi-royal offert aux vaches de cette ferme m'a motivé à vous en parler et m'a surtout motivé à me verser un bon verre de lait et de trinquer à la santé de nos producteurs agricoles. Comme le dit si bien l'UPA, nous faisons tous partie de la recette… Santé!

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Nicolas Duvernois

Sur le même sujet

Pourquoi je préfère la créativité à l'innovation

29/05/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Trop d'entreprises font le pari de l'innovation, alors que peu choisissent de miser sur la créativité.

Il faut démocratiser l'entrepreneuriat

24/04/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Il faut parler d'entrepreneuriat non seulement à la télé, mais sur un maximum de plateformes.

OPINION Deux nouveaux blogueurs sur notre site web
Édition du 27 Janvier 2018 | Les Affaires
Les brèves de la semaine
Édition du 25 Novembre 2017 | Les Affaires
Cédants, vous n’êtes pas tout seuls
Édition du 21 Octobre 2017 | Julie Cailliau