Marijuana, attention au mirage…

Publié le 09/10/2018 à 13:58

Marijuana, attention au mirage…

Publié le 09/10/2018 à 13:58

[Photo: 123rf]

Depuis plusieurs mois, je suis approché au moins une dizaine de fois par mois afin que l’on me présente une opportunité ou une autre concernant la libéralisation de la marijuana. Plante médicinale pour certains, drogue récréative pour d’autres, le pot pourra être fumé en toute légalité par les Canadiens dès la semaine prochaine d’un océan à l’autre.


J’étais le premier surpris par la rapidité avec laquelle le gouvernement Trudeau a respecté cette promesse électorale. Malgré les grandes inquiétudes d’une majorité de maires, parents, chercheurs, médecins, policiers, gouvernements provinciaux et j’en passe, le Parti libéral du Canada a décidé d’aller de l’avant coûte que coûte. J’adorerais voir cette efficacité dans des sujets plus prioritaires et importants dans notre société…


Personnellement, je suis contre l’entrée en vigueur de cette loi. Certains d’entre vous diront que je suis hypocrite, étant moi-même producteur d’une autre drogue qu’est l’alcool, mais détrompez-vous, les deux univers et industries sont totalement différents. Je n’aurai jamais assez de 600 mots afin de vous partager mes raisons, ce que je ferais volontiers dans un autre contexte. Je me sentais dans l’obligation de prendre position en parlant du sujet.


Comme beaucoup d’entre nous, j’ai déjà fumé de la marijuana. Pour tout vous dire, je n’ai jamais aimé. L’odeur et le goût me lèvent le cœur. Cependant, ce que j’adore de la démocratie est que chacun a des droits. Je laisse donc les amateurs se délecter sans les juger.


D’un point de vue strictement d’affaires, le portrait est tout autre. Je ne crois aucunement aux espoirs de succès des petits et moyens joueurs qui espèrent faire fortune rapidement grâce au nuage de fumée et produits dérivés.


Les dés étaient pipés d’avance. Il est extrêmement facile de réaliser que les leaders de l’industrie avaient, il y a de cela bien des années, des informations privilégiées que l’entrepreneur « normal » n’avait pas.


Comment expliquez-vous qu’ils avaient déjà amassé des centaines de millions de dollars avant même que le projet de loi ne soit déposé ? Que ces entreprises ont déjà des employés, une structure, un conseil d’administration ? Comment expliquez-vous que la majorité des dirigeants et administrateurs de ces mêmes sociétés soient presque tous associés d’une manière ou d’une autre aux élites financières et politiques de Toronto 


De plus, les financements en direct des paradis fiscaux pleuvent. Sommes-nous en train de faciliter la transition des groupes criminalisés vers l’économie légale en permettant à des entités « off-shore » d’investir dans les entreprises canadiennes de l’industrie ? Je vous rappelle qu’il est extrêmement difficile, voire impossible, de savoir qui se cache derrière celles-ci. 


À mes yeux, les « purs entrepreneurs » n’auront aucune chance, à part réussir de petits succès nichés et locaux. Les immenses serres sont déjà construites, la production fleurie, les premières commandes sont déjà passées… Il y a même déjà une vague de consolidation avant même que le produit qu’ils cultivent soit légal !


Toute ruée vers l’or me fait peur. Télécommunications des années 1990, big data, intelligence artificielle, Bitcoin et maintenant marijuana. Je me tiens loin de ce qui est à la mode, je préfère le concret du quotidien. Quoique toutes ces industries aient un immense potentiel, il faut faire attention aux bulles spéculatives.


L’avenir sera intéressant. J’ai bien hâte de voir les répercussions de cette libéralisation sur notre société, sur notre économie. L’objectif premier, selon les dires, est de compliquer la vie au crime organisé… J’ai bien hâte de voir ça.


 


 


 

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Nicolas Duvernois

Sur le même sujet

Recherche de financement : les secrets d'un entrepreneur en série

BLOGUE. Quelque 130 millions de dollars canadiens. C’est ce qu’a permis d’amasser la ronde de financement de ...

Le Gala des Prestiges salue la communauté entrepreneuriale de Rivière-du-Loup

07/12/2018 | Les Affaires

Le 43e Gala des Prestiges de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup a souhaité célébrer le succès ...