Comment contrer subtilement les employés toxiques?

Publié le 26/10/2015 à 06:00

Comment contrer subtilement les employés toxiques?

Publié le 26/10/2015 à 06:00

Un employé toxique jouit toujours de sa malfaisance. Photo: DR

Les employés toxiques. Ceux qui font du harcèlement sexuel. Ceux qui font des pressions physiques ou morales. Ceux qui fraudent. Ou encore, ceux qui sapent le moral des autres, qui répandent des rumeurs et qui parlent dans le dos des autres. Bref, tous ceux qui, l'air de rien, sèment la pagaille partout où ils passent, et ne laissent derrière eux que cendres et larmes. Comment pourrions-nous mettre un terme, une bonne fois pour toutes, à leurs agissements?


Découvrez mes précédents billets


Mon tout nouveau groupe LinkedIn


Mon groupe Facebook


Mon compte Twitter


Cette interrogation, nous nous la posons tous, et rêvons d'y avoir, un beau jour, une réponse qui tient la route. Pas vrai? Parfait, asseyez-vous bien, car, cette réponse-là, je crois bien l'avoir dénichée! Si, si... Dans une étude sobrement intitulée Toxic workers et signée par : Michael Housman, directeur, analyse data, du cabinet-conseil en management Cornerstone OnDemand; et Dylan Minor, professeur en économie managériale et en science de la décision, à l'École de management Kellogg à Evanston (États-Unis). Voici de quoi il s'agit...


Les deux chercheurs ont eu accès aux bases de données fouillées dont disposent 11 entreprises américaines à propos de leurs employés. Ils se sont plongé dans les dossiers bourrés d'informations de très exactement 58.542 employés, permettant de tout savoir sur eux : leur sexe, leur âge, leur poste, leur salaire, l'équipe dans laquelle ils évoluent, leur productivité, etc. Des dossiers, je le souligne, qui fourmillent vraiment de détails, car ils concernent des employés qui sont en première ligne, c'est-à-dire qui sont en contact direct avec la clientèle, si bien que chacun de leurs faits et gestes sont connus, et même enregistrés.


MM. Housman et Minor disposaient ainsi de données assez riches pour - tenez-vous bien ! - identifier les employés qui, partout où ils oeuvraient, laissaient des séquelles à ceux qui les avaient côtoyés. Et ce, à l'aide de détails statistiquement étranges, comme le fait, par exemple, que dans chaque équipe dans laquelle ils oeuvrent, la productivité d'un ou plusieurs collègues immédiats se met à fléchir d'un coup. Ce faisant, ils étaient en mesure de mettre au jour les caractéristiques précises de la toxicité de ces employés-là.


Fabuleux, n'est-ce pas? On est d'accord. Bon, j'arrête tout de suite de faire bouillir votre patience, et vous présente de but en blanc les résultats :

À propos de ce blogue

EN TËTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Une histoire de vol d'identité avec un punch à la fin

17/04/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Il y a de ces mésaventures dont il vaut mieux rire que pleurer, même si ce n’est pas toujours drôle.

Le géant publicitaire britannique WPP diligente une enquête sur son fondateur Martin Sorrell

04/04/2018 | AFP

Le conseil d'administration cherche à déterminer s'il a utilisé des actifs de l'entreprise de façon répréhensible.

Blogues similaires

C2 Montréal: l'atelier où j'ai cocréé une course ultra en Haïti

BLOGUE. Comment j'ai appliqué le design thinking à l'humanitaire, aux côtés du comédien Patrick Hivon.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.

Regain de vie chez les PME manufacturières québécoises

Édition du 19 Mai 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. La vie n'est pas toujours facile dans le secteur manufacturier, et par le passé, bien des PME québécoises ...