Le patriotisme fait-il vendre?

Publié le 20/07/2018 à 11:52

Le patriotisme fait-il vendre?

Publié le 20/07/2018 à 11:52

(Photo: 123rf.com)

BLOGUE INVITÉ. La guerre commerciale entre le Canada et les États-Unis rendra-t-elle les achats patriotiques tendance?


Avec le comportement erratique de notre voisin d’en bas, de nombreux concitoyens semblent avoir retrouvé la fibre patriotique. Tout comme moi, vous avez certainement des amis jurant «qu’ils ne remettront JAMAIS les pieds aux États-Unis!». Promesse d’ivrogne autour du BBQ ou engagement patriotique?


Reste que, selon Tourisme Québec, 71% de nos compatriotes choisiront de passer des vacances dans la Belle Province cet été, boudant le royaume de Walt Disney. C’est peut-être l’effet Trump, mais le taux de change n’aide en rien les voyageurs. Pour une fois, le cœur et le portefeuille du consommateur vibrent au même diapason.


À l’inverse, on pourrait se demander s’il serait temps de rejouer dans le film «Proudly made in Canada» et d’envelopper vos produits et services d’un drapeau unifolié. Après tout, les Américains le font abondamment. Ils n’ont d’ailleurs pas attendu Trump pour utiliser la fierté nationale comme arme commerciale. Mais est-ce efficace?


La valeur de la fierté nationale


Pour que le sentiment patriotique fasse réellement gagner une marque, il faut que cette émotion lui soit reconnue comme une valeur intrinsèque. On ne peut pas jouer l’opportunisme circonstanciel (fête nationale, sondages anti-Trump, etc.) et espérer marquer des points chez le consommateur. 


C’est du moins le résultat des recherches menées par la firme new-yorkaise Brand Keys et publiées dans la revue Forbes, il y a quelques années. Ainsi, des marques comme Jeep, Coca-Cola ou Levi’s sont reconnues comme des marques américaines iconiques et bénéficient fortement du sentiment de fierté nationale lorsqu’il est à son zénith. Toutefois, l’effet sera neutre pour le dépanneur qui affiche un drapeau étoilé une semaine avant le 4 juillet afin d’attirer des clients, puisqu’il s’agit d’un comportement attendu. 


L’émotion attire, mais le produit doit livrer


Ce n’est pas d’hier que les entreprises tentent de se différencier en jouant sur l’émotion au lieu de miser sur le prix ou le bénéfice fonctionnel associé à leurs produits. Cette stratégie réussit bien lorsqu’il s’agit de générer un achat initial ou pour fidéliser un client déjà acquis. 


Mais, tout se joue entre les deux. Après quelques achats émotifs, le consommateur va inévitablement mesurer sa satisfaction sur une échelle rationnelle. Le produit est-il durable, de qualité? Est-ce que le prix en vaut la chandelle? À ce stade, les arguments patriotiques ne tiendront plus si le produit n’est pas compétitif. À valeur égale cependant, il peut s’agir d’un excellent différenciateur. 


Bon été!


Stéphanie


 

À propos de ce blogue

Stéphanie Kennan est présidente de Bang Marketing, une agence de branding et de marketing Web située à Montréal. Elle travaille auprès des PME québécoises depuis 1998 et se spécialise en marketing B2B. Stéphanie Kennan est également auteure du livre Mon site web chez le psy publié aux Éditions Transcontinental.

Stéphanie Kennan

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

L'Assomption: un parc industriel vert pour remplacer Electrolux

18/10/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Cet espace, de la taille de 22 terrains de football, pourrait accueillir un parc industriel écoresponsable.