«Il y a un point d’entrée attrayant pour Quincaillerie Richelieu», selon Alain Robitaille, gestionnaire de portefeuille du Groupe Robitaille chez Valeurs mobilières Desjardins


Édition du 13 Octobre 2018

STÉPHANE ROLLAND - Votre stratégie se concentre sur les fondamentaux, mais l'avez-vous modifiée en raison du contexte macroéconomique ?
ALAIN ROBITAILLE - Pas du tout. C'est sûr qu'il y a des choses dans le marché qui me tracassent un peu : l'engouement pour les ...

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

25/01/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Après une chute de 25%, elle connaît son plus fort gain en dix ans. Le hic: ce n'est pas celle que vous espériez.

À surveiller: Banque Royale, Richelieu et Apple

29/11/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres de Banque Royale, Quincaillerie Richelieu et Apple?

À la une

CDPQ : des enjeux de gouvernance font ombrage aux bons résultats

Les déboires de la filiale Otéra Capital ouvrent la voie à une réflexion plus large.

Michael Sabia à la défense de SNC-Lavalin

« C’est important de comprendre l’ampleur du changement qu’il y a eu dans cette société», rappelle-t-il.

La Caisse échappe aux pertes

La Caisse a affiché un rendement de 4,2% en 2018, malgré une année difficile sur les marchés boursiers mondiaux.