Alstom: bénéfice net en forte hausse avant la fusion avec Siemens

Publié le 16/05/2018 à 06:36

Alstom: bénéfice net en forte hausse avant la fusion avec Siemens

Publié le 16/05/2018 à 06:36

Par AFP

Le constructeur ferroviaire français Alstom, qui doit passer sous contrôle de l'allemand Siemens, a publié mercredi un bénéfice net en hausse de 64% sur son exercice décalé 2017/18, à 475 millions d'euros, et prévoit une nouvelle amélioration de sa marge cette année.


Le chiffre d'affaires de cet exercice terminé fin mars est en hausse de 9%, à 7,95 milliards d'euros, la croissance organique (à taux de change et périmètres constant) atteignant 10%.


Les activités de signalisation, systèmes et services ont représenté 57% du chiffre d'affaires en 2017/18. Plus spectaculaires sans doute, les ventes de matériels roulants ont atteint 3,5 milliards d'euros (+9%), avec des livraisons de trains régionaux et à grande vitesse en Europe, de trains rapides aux Etats-Unis, de trains régionaux en Algérie et de trains de banlieue en Afrique du Sud.


Le résultat d'exploitation est en hausse de 22% sur l'exercice, à 514 millions d'euros, ce qui permet à la marge d'exploitation ajustée de progresser de 0,7 point, à 6,5%.


Ce résultat est supérieur aux attentes des analystes, un consensus compilé par Bloomberg faisant notamment état d'un chiffre d'affaires de 7,68 milliards d'euros, d'un résultat d'exploitation de 473 millions et d'un résultat net de 356 millions.


«Ces excellents résultats démontrent le succès de notre stratégie 2020, avec une croissance remarquable du chiffre d'affaires et une nouvelle amélioration de la marge. Alstom a continué à tirer profit de la mondialisation croissante du marché de la mobilité et est maintenant en excellente position pour unir ses forces à Siemens Mobility», a commenté le PDG Henri Poupart-Lafarge, cité dans un communiqué.


Les prises de commandes --qui avaient dépassé les 10 milliards d'euros pendant trois exercices d'affilée-- ont en revanche chuté de 28%, à 7,18 milliards d'euros. Alstom se félicite en particulier des contrats signés en Afrique du Sud (trains de banlieue) et au Canada (métro léger de Montréal).


Le carnet de commande est en baisse de 2%, mais en hausse de 4% en organique, à 34,2 milliards d'euros. Il "offre une bonne visibilité sur le chiffre d'affaires à venir", selon la direction.


Celle-ci va proposer le versement d'un dividende de 35 centimes, contre 25 centimes l'an dernier.


Pour l'année 2018/19, le chiffre d'affaires est attendu à environ 8 milliards d'euros et la marge d'exploitation ajustée devrait atteindre jusqu'à 7%. Alstom ne donne plus de perspectives à 2020.


«À moyen terme, Alstom devrait continuer à surperformer la croissance du marché, à améliorer graduellement sa profitabilité, et à améliorer sa génération de cash, avec une volatilité possible sur de courtes périodes», a indiqué le groupe.


L'assemblée générale du 17 juillet doit approuver la fusion d'Alstom avec son concurrent allemand Siemens Mobility. Le futur groupe, qui sera comme Alstom basé à Saint-Ouen (près de Paris), côté à la Bourse de Paris et dirigé par M. Poupart-Lafarge, doit être contrôlé à hauteur de 50% par Siemens, maison-mère de Siemens Mobility.


La finalisation de l'opération est attendue à la fin de l'année 2018.


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

À la une

La montée des inégalités est un (mauvais) choix de société (2)

20/10/2018 | François Normand

ANALYSE - Les entreprises doivent mieux partager la richesse, selon des patrons. C'est bien, mais il faut en faire plus.

C'est le temps de penser à votre planification de fin d'année

C'est le moment d'examiner vos finances et de profiter des possibilités de planification fiscale avant le 31 décembre.

Après les Panama papers, les banques françaises encore épinglées

19/10/2018 | AFP

Trois banques françaises sont à nouveau épinglées par des révélations de presse sur un scandale d'optimisation fiscale.