Après l'arrestation d'une responsable de Huawei, les Bourses mondiales dans le rouge

Publié le 06/12/2018 à 06:58

Après l'arrestation d'une responsable de Huawei, les Bourses mondiales dans le rouge

Publié le 06/12/2018 à 06:58

Par AFP

Quelques jours après l'annonce de la trêve commerciale sino-américaine, les espoirs des investisseurs ont été douchés par l'arrestation d'une haute responsable du chinois Huawei, plongeant l'ensemble des Bourses mondiales dans le rouge jeudi.


À la Bourse de Paris, vers 12H00 (11H00 GMT), le CAC 40 chutait de 2,35%, tandis que la Bourse de Londres lâchait 2,55% et celle de Francfort 2,40%.


Les Bourses d'Amsterdam (-2,45%), de Madrid (-2,05%), de Milan (-2,41%) et de Zurich (-2,01%) imitaient également le mouvement de baisse, initié par leurs consoeurs asiatiques.


Ce fort repli «est lié principalement à l'arrestation de la directrice financière du groupe chinois Huawei, qui compromet les espoirs d'apaisement de tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis», a expliqué auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué à Diamant bleu Gestion.


Meng Wanzhou a été arrêtée le 1er décembre à Vancouver, les Etats-Unis réclament son extradition et une audition pour sa remise en liberté conditionnelle doit avoir lieu vendredi, selon le ministère de la Justice canadien.


«Les investisseurs broient à nouveau du noir et anticipent un scénario très négatif de ralentissement de la croissance mondiale», a ajouté M. Larrouturou.


L'arrestation de Mme Meng au Canada, à la demande des États-Unis, a provoqué l'ire de la Chine.


Selon des informations de presse, Washington soupçonnerait Mme Meng de violation des sanctions américaines contre l'Iran.


Cette arrestation intervient quelques jours seulement après l'annonce d'une trêve dans la guerre commerciale sino-américaine, qui pèse déjà sur la croissance mondiale.


Acté à l'issue d'une rencontre entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping, ce cessez-le-feu d'une durée de 90 jours doit permettre aux deux premières puissances mondiales de renégocier leurs relations commerciales.


La Chine a annoncé jeudi qu'elle allait appliquer «immédiatement» des mesures convenues avec les États-Unis lors de la rencontre entre les deux présidents, sans pour autant parvenir à rassurer les acteurs de marché.


L'Asie dans le rouge aussi


Avant les indices européens, les Bourses asiatiques avaient également flanché face à l'annonce de cette arrestation.


Après avoir débuté sur une baisse modérée, la Bourse de Tokyo s'est enfoncée dans le rouge, l'indice vedette Nikkei lâchant 1,91%.


De leur côté, les places chinoises ont enregistré des baisses particulièrement marquées: à Hong Kong, l'indice composite Hang Seng a chuté de 2,47%, celui de la Bourse de Shanghai a perdu 1,68% et celui de Shenzhen 2,17%.


Sans surprise, ce sont les valeurs technologiques qui ont le plus souffert.


À Hong Kong, ZTE qui est également dans le collimateur des autorités américaines a perdu près de 6% tandis que le géant Tencent ou encore Sunny Optical, un fournisseur de Huawei, ont lâché 5%.


A Shanghai, Wingtech Technology a atteint la limite quotidienne de baisse (-10%) et Raisecom Technology a perdu 4%.


Sur le front des changes, le marché gardait son calme pour l'instant.


L'euro se stabilisait face au dollar avant des chiffres sur l'emploi américain. Vers 10H00 GMT (11H00 à Paris), la monnaie unique valait 1,1338 dollar contre 1,1344 mercredi à 22H00 GMT.


Mais si l'affaire Huawei se traduisait par une recrudescence des tensions commerciales, le marché pourrait s'agiter.


De leur côté, les cours du pétrole chutaient de plus de 4% en cours d'échanges européens, dans un marché miné par ses propres préoccupations. Les investisseurs s'interrogeaient notamment quant à l'ampleur éventuelle des baisses de production qui seraient consenties par l'Opep.


Vers 5H35 (10H35 GMT), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 58,62 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 2,94 dollars par rapport à la clôture de mercredi.


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Bourse: est-ce l'orage avant l'éclaircie?

BLOGUE. Un mois de décembre aussi affreux est historiquement de mauvais augure mais la Fed peut encore changer la donne

La Chine demande au Canada de libérer Meng Wanzhou menacée d'extradition aux USA

Meng Wanzhou fait face à une possibilité d'extradition vers les États-Unis où elle ferait face à des accusations.

À la une

Bourse : les gagnants et perdants de la semaine

Quels sont les titres qui ont le plus marqué la semaine? Facebook, Lululemon, Bombardier et... un producteur de mari.

Les grandes entreprises de technologie: bonnes ou mauvaises pour la société?

14:45

BLOGUE INVITÉ. Google et Facebook sont-ils bons pour vous?

Facebook: les photos de 6,8 millions d'utilisateurs dévoilées après une faille de sécurité

14:54 | AFP

Une faille de sécurité a rendu accessible l'ensemble des photos postées sur Facebook par 6,8 millions d'utilisateurs.