Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 14/03/2018 à 06:29

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 14/03/2018 à 06:29

Par lesaffaires.com

1. Contexte


Wall Street s'apprête à ouvrir en hausse mercredi, en dépit de l'incertitude politique à Washington.


2. Prévisions


Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq prennent respectivement 0,26%, 0,37% et 0,41% dans les négociations précédant l'ouverture officielle.


Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, ajoute 0,53% à 64,98$US.


À l'étranger


En Asie, les principaux marchés ont terminé dans le rouge, dans le sillage de Wall Street après l'éviction du chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson, et malgré la publication de bonnes statistiques mensuelles sur l'économie chinoise.


L'indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong a abandonné 0,53%, l'indice composite de la Bourse de Shanghai a laissé tomber 0,57% et le Nikkei de la Bourse de Tokyo a cédé 0,87%.


À la mi-séance, les indices européens remontent timidement, après avoir ouvert en très léger repli, les investisseurs hésitant à se positionner sur fond d'incertitude politique aux États-Unis. Le CAC 40 de Paris ajoute 0,33%, le DAX de Francfort prend 0,32% et le FTSE 100 de Londres s'élève de 0,24%.


«Le virage protectionniste se confirme aux États-Unis. Après les taxes douanières sur l'acier et l'aluminium, (...) Donald Trump a bloqué le rachat de Qualcomm par Broadcom, puis viré son diplomate en chef Rex Tillerson et menacerait maintenant de mettre en place des barrières douanières de plusieurs dizaines de milliards de dollars sur les importations de produits chinois», ont observé dans une note les stratégistes du courtier Aurel BGC.


«La réaction des marchés paraît presque mesurée dans ce contexte, mais il est vrai que les décisions de la Maison Blanche sont difficiles à suivre et rien n'apparaît jamais comme étant définitif», ont-ils complété.


La réaction des marchés au limogeage par le président Donald Trump de son chef de la diplomatie a «d'abord été indifférente, toutefois quand la nouvelle a commencé à être absorbée, (...) il est apparu (aux investisseurs) que le visage sans cesse changeant de l'équipe de Donald Trump témoigne d'une administration désorganisée et qui pourrait ne pas être si favorable au marché à l'avenir», a estimé dans une note Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.


4. Agenda


Sur la scène économique, on attend aux États-Unis les ventes au détail, ainsi que les prix à la production de février. Les stocks des entreprises de janvier seront aussi dévoilés.


Au Canada, il faudra attendre à jeudi avant d'avoir des statistiques fraîches.


5. Titres en action


Stella-Jones(SJ, 47,30$) a dévoilé des résultats supérieurs aux attentes à son quatrième trimestre. Le producteur de traverses de chemin de fer et de poteaux destinés aux services publics a dégagé un bénéfice de 51,1M$ ou 0,74$ par action, contre 18,5M$ ou 0,27$ l’action au même trimestre l’an dernier. Ses revenus se sont établis à 377M$, contre 341,7M$ un an plus tôt. Les analystes visaient un bénéfice de 0,37$ l’action sur des revenus de 370,33M$. La société hausse par ailleurs son dividende trimestriel de 9,1%, à 0,12$ l’action. Le titre est en baisse de 6% à ce jour en 2018.


Quebecor(QBR.B, 23,73$) a dévoilé des résultats inférieurs aux prévisions à son quatrième trimestre. Les revenus se sont établis à 1,06G$, tandis que les analystes visaient des recettes de 1,08G$. Le bénéfice de 0,33$ par action est aussi plus bas que celui de 0,37$ visé en moyenne par les analystes. La société a enregistré une hausse des revenus de 4,5% dans le secteur des télécommunications, mais a vu ses recettes du secteur médias reculer de 10,2%, et celles du secteur Sports et divertissement fléchir de 7%. Le titre de Québecor est stable à ce jour en 2018.


Steve Arthur, de RBC Marchés des capitaux, présente ses prévisions de résultats du quatrième trimestre de BRP(DOO, 45,57$), attendus le 21 mars au matin. L'analyste anticipe de solides résultats, bien que la comparaison avec la performance de l'an dernier sera difficile. M. Arthur vise des revenus de 4,72G$, en hausse de 7% par rapport à l'an dernier. Le bénéfice par action devrait toutefois reculer, de 1$ à 0,96$, prévoit M. Arthur. L'analyste laisse sa recommandation à neutre et sa cible à 49$. M. Arthur estime que le récent repli du titre du fabricant de véhicules récréatifs le rend plus attrayant.


Vishal Shreedhar, de la Financière Banque Nationale, présente ses prévisions de résultats du quatrième trimestre pour La Baie(HBC, 9,69$), attendus le 28 mars. Il vise des revenus de 5,3G$, mieux que les 4,5G$ prévus par l’ensemble des analystes et que les 4,6G$ réalisés au même trimestre l’an dernier. M. Shreedhar anticipe un bénéfice d’exploitation de 442M$, contre 404M$ au même trimestre de 2017. En somme, il prévoit une amélioration de la performance du vénérable détaillant, dans un contexte qui demeure corsé pour les exploitants de grands magasins. Il avertit du coup que la visibilité demeure faible pour la chaîne. L’analyste abaisse sa cible pour le titre du détaillant, la faisant passer de 12$ à 11$. Sa recommandation reste à neutre.


Don DeMarco, de la Financière Banque Nationale, amorce le suivi du titre de Semafo(SMF, 3,47$) avec une recommandation surperformance et une cible de 6,25$. L’action de l’exploitant de mines d’or a glissé de 18% au cours de la dernière année.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

À la une

Et si Trump était réélu en 2020?

23/06/2018 | François Normand

ANALYSE - On sous-estime les appuis du président et on surestime la capacité des démocrates de rebondir.

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...