Les chiffres de l'emploi découragent le marché de la dette

Publié le 04/01/2019 à 14:21

Les chiffres de l'emploi découragent le marché de la dette

Publié le 04/01/2019 à 14:21

Par AFP
Des billets de dollars américains sur une carte des États-Unis.

[Photo : 123rf]

Le marché de la dette s’est notablement tendu vendredi, après la publication de chiffres d’emploi aux États-Unis très solides en décembre qui ont éloigné une partie des investisseurs plus enclins à prendre des risques.


« Le marché de l’emploi américain se porte très bien », ce qui fait reculer l’aversion au risque et favorise une remontée des taux d’emprunt « après la forte détente enregistrée dans les premières séances de 2019 », a observé auprès de l’AFP Eric Vanraes, gérant obligataire de la banque suisse Eric Sturdza.


En outre, « avec des chiffres aussi élevés, les investisseurs se disent que la Réserve fédérale américaine n’aura pas de scrupules à monter de nouveau ses taux directeurs », ce qui met les taux sous pression, a-t-il complété.


Mais, vendredi après-midi, le président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell a assuré que face à la modeste inflation et aux « inquiétudes » des marchés vis-à-vis d’un ralentissement, la Banque centrale resterait « patiente » concernant ces taux d’intérêt, « en évaluant comment l’économie évolue ».


Les créations d’emplois aux États-Unis en décembre ont bondi à leur plus haut niveau depuis février, tandis que l’économie a attiré davantage de travailleurs, faisant monter un peu le taux de chômage, selon les chiffres officiels du ministère du Travail vendredi.


Le salaire horaire moyen a enregistré une hausse de 0,4 % sur le mois, son plus fort progrès depuis août, et de 3,2 % sur un an.


Mais, selon M. Vanraes, « la détente des premiers jours n’est toutefois pas complètement effacée, car la remontée est bridée » par les incertitudes économiques et politiques toujours nombreuses.


Entre les signes d’essoufflement de l’économie chinoise, le Brexit, la paralysie partielle des administrations américaines ou le conflit commercial entre la Chine et les États-Unis, beaucoup de craintes pèsent encore sur les marchés.


Sur ce dernier dossier, le ministère chinois du Commerce a confirmé vendredi que des négociateurs des États-Unis se rendraient en Chine lundi et mardi, ce qui a également contribué à redonner de l’appétit pour le risque aux investisseurs.


À 12H00, le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne a sensiblement progressé à 0,208 % contre 0,153 % jeudi à la clôture sur le marché secondaire.


Le rendement de même maturité de la France est également monté sensiblement, à 0,699 % contre 0,654 %, tout comme celui de l’Espagne à 1,474 % contre 1,429 % ou celui de l’Italie à 2,899 % contre 2,860 %. 


En dehors de la zone euro, le taux d’emprunt britannique à dix ans s’est également tendu à 1,276 % contre 1,194 %.


Aux États-Unis, le rendement à 10 ans progressait également à 2,648 % contre 2,554 % jeudi, à l’instar de celui à 30 ans à 2,972 % contre 2,903 %. Celui à deux ans s’établissait à 2,475 % contre 2,379 %


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

Sur le même sujet

Les prêts automobiles ne sont pas les prochains «subprimes»

Mis à jour le 18/02/2019 | Dominique Beauchamp

La hausse des prêts automobiles défaillants inquiète, mais il ne faut pas y voir la prochaine crise.

Bernie Sanders: l'allocateur de capital?

BLOGUE INVITÉ. Regard sur la politisation des rachats d'actions.

À la une

CDPQ : des enjeux de gouvernance font ombrage aux bons résultats

21/02/2019 | Daniel Germain

Les déboires de la filiale Otéra Capital ouvrent la voie à une réflexion plus large.

Michael Sabia à la défense de SNC-Lavalin

21/02/2019 | Stéphane Rolland

« C’est important de comprendre l’ampleur du changement qu’il y a eu dans cette société», rappelle-t-il.

La Caisse échappe aux pertes

21/02/2019 | Stéphane Rolland

La Caisse a affiché un rendement de 4,2% en 2018, malgré une année difficile sur les marchés boursiers mondiaux.