PepsiCo bat les attentes, malgré le déclin des boissons sucrées

Publié le 13/02/2018 à 12:08

PepsiCo bat les attentes, malgré le déclin des boissons sucrées

Publié le 13/02/2018 à 12:08

Par AFP

Photo: Shutterstock

Le groupe de boissons et de snacks américain Pepsico(NY, PEP) a vu son bénéfice net amputé par l'impact de la réforme fiscale américaine et son chiffre d'affaires stagner au 4e trimestre, mais a livré des prévisions relativement optimistes pour cette année.


«Aux États-Unis, notre marché le plus important, nous nous attendons à ce que la réforme fiscale récemment entrée en application ait un impact positif sur de nombreux secteurs et l'économie en général», a souligné la PDG Indra Nooyi.


«Mais nos perspectives sont atténuées par des conditions difficiles, notamment un environnement industriel en constante évolution, le changement des habitudes et comportements des consommateurs, notamment sur la santé et le bien-être, une forte concurrence et la hausse des prix des matières premières», a-t-elle ajouté.


Pepsico, comme son concurrent Coca-Cola, est confrontée à la baisse des ventes de ses sodas sucrés et autres snacks salés, boudés par des consommateurs soucieux de leur alimentation.


Les ventes en volume de boissons du groupe ont ainsi baissé de 3% sur le marché nord-américain au 4e trimestre sur un an.


Mme Nooyi a toutefois souligné qu'elles s'étaient un peu redressées par rapport au trimestre précédent mais qu'il y avait “encore une grande marge d'amélioration”.


Le fabricant du Pepsi-Cola, des jus de fruits Tropicana et des biscuits Cheetos entre autres, a affiché une perte de 710 millions de dollars au 4e trimestre pour un bénéfice net de 1,4 milliard sur la même période l'année précédente. Elle s'explique notamment par l'inscription d'une charge exceptionnelle de 2,5 milliards de dollars liée à l'imposition de ses bénéfices détenus à l'étranger et qui peuvent maintenant être rapatriés à un taux favorable.


Le chiffre d'affaires a stagné à 19,5 milliards de dollars, mais se montre supérieur aux attentes moyennes du marché qui étaient de 19,4 milliards de dollars. Le bénéfice ajusté par action, la référence en Amérique du nord, est de 1,31 dollar, soit un cent au-dessus de ces mêmes attentes.


Sur l'année, le bénéfice net est en baisse de 23% à 4,857 milliards de dollars et le chiffre d'affaires en progression de 1% à 63,525 milliards.


Pour l'année en cours, Pepsico a indiqué que la croissance organique de ses revenus devrait être du même ordre que celle enregistrée en 2017 et que le taux d'imposition moyen devrait se situer un peu au-dessus de 20%, soit moins que ce qu'il était avant la réforme. Le bénéfice ajusté par action sera de 5,70 dollars, soit 3 cents de plus que les attentes du marché.


Le titre progressait légèrement de 0,12% à 112,06$US.


 


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Les titres québécois les plus recommandés

Édition du 26 Janvier 2019 | Dominique Beauchamp

Quels sont les titres québécois préférés des analystes ? Nous avons recensé le nombre de recommandations d'achat ...

Votre portefeuille en 2019 : cinq faits à garder à l'esprit

Édition du 26 Janvier 2019 | Raymond Kerzérho

EXPERT INVITÉ. L'année 2018 a été plutôt bonne pour l'économie, alors que la croissance mondiale s'est établie à 3 % ...

À la une

10 choses à savoir jeudi

Bombardier, la société canadienne la plus durable. Tesla plafonne, dit RBC. Pourquoi Place Ste-Foy filme ses clients.

Voici venue la première pandémie suite aux changements climatiques!

CHRONIQUE. Tiques tiques tiques, nos heures sont-elles comptées? L'alarme est à présent sonnée.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

07:03 | LesAffaires.com et AFP

«Aujourd'hui, c'est la réunion de la BCE qui sera à l'honneur.»