Tesla va licencier 3000 «doublons»

Publié le 12/06/2018 à 15:06

Tesla va licencier 3000 «doublons»

Publié le 12/06/2018 à 15:06

Le fabricant de voitures électriques américain Tesla a annoncé mardi dans un courriel adressé à ses employés et consulté par l'AFP qu'il prévoyait de supprimer 9% de ses effectifs.


Ces licenciements n'affecteront pas la montée en cadence de la production du «Model 3», voiture censée faire de Tesla un groupe automobile de masse, a assuré l'entreprise qui avait annoncé en mai envisager un plan de restructuration sans en donner les grandes lignes.


Ils vont épargner les équipes de production, affirme Elon Musk, le PDG auteur du document.


«Tesla a grandi et évolué rapidement lors des dernières années, ce qui s'est traduit par des doublons dans certains rôles et fonctions», explique M. Musk. Si ces doublons «faisaient sens par le passé, ils sont difficiles à justifier aujourd'hui». 


Au 31 décembre 2017, Tesla employait 37.543 salariés à temps plein, mais ses effectifs évoluent beaucoup en fonction de ses montées en cadences et de nouveaux modèles à l'instar du Model 3.


A Wall Street, le titre gagnait 2,91% à 141,78 dollars, les investisseurs semblant saluer les efforts du groupe, qui brûle beaucoup d'argent depuis sa création il y a 15 ans, pour essayer d'être rentable cette année.


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

À la une

Les médias québécois doivent avoir «une mentalité de start-up»

BLOGUE. Les grands médias s’entendent sur le problème, mais pas sur la solution...

Accusations: SNC-Lavalin tente de rallier le public à sa cause

Il y a 46 minutes | Julien Arsenault, PC

SNC-Lavalin a reçu une gifle du Service des poursuites pénales du Canada qui refuse de négocier un accord de réparation.

C'est la faute des taux d'intérêt!

BLOGUE INVITÉ. Les entreprises ne sont pas toutes égales face à une hausse des taux d’intérêt.