Une Québécoise sacrée premier fournisseur de cannabis pour la SAQ

Publié le 14/02/2018 à 12:08

Une Québécoise sacrée premier fournisseur de cannabis pour la SAQ

Publié le 14/02/2018 à 12:08

La Société des alcools du Québec se tourne vers six producteurs de cannabis, dont cinq établis à l'extérieur de la province, pour lui fournir 62 000 kilos pendant la première année où le produit pourra être utilisé légalement à des fins récréatives au Canada.


C'est néanmoins la société québécoise Hydropothecary, dont le siège social se trouve à Gatineau, qui a obtenu la part du lion, décrochant une entente pour au moins 20 000 kilos.


«C'est une importante commande pour nous, a expliqué son président-directeur général, Sébastien St-Louis, mercredi, au cours d'un entretien téléphonique. C'est 20 millions de grammes. C'est très peu probable qu'il y ait déjà eu une vente illégale de cette ampleur.»


Les termes financiers entourant la signature des lettres d'intention entre les six producteurs et la société d'État ainsi que les critères du processus de sélection n'ont pas été dévoilés. La SAQ n'avait pas répondu aux questions de La Presse canadienne en avant-midi.


Ces six entreprises _ qui comprennent notamment des géants présents au Québec comme Canopy Growth et Aurora Cannabis _ auront le mandat d'approvisionner les 15 succursales de la Société québécoise du cannabis (SQC) une fois que la consommation et la possession de marijuana sera légale, à compter du 1er juillet selon la cible d'Ottawa.


Aphria et Canopy Growth fourniront chacune au moins 12 000 kilos à la société d'État. MedReleaf a conclu une entente pour 8000 kilos. Aurora Cannabis et Tilray ont été sélectionnées pour 5000 kilos chacune.


Quand Hydropothecary aura complété sa nouvelle usine de 250 000 pieds carrés, l'entreprise pourra produire 25 000 kilos de marijuana annuellement dès l'été. Elle ambitionne de quadrupler sa production annuelle de cannabis séché l'an prochain.


«La quantité de 20 000 kilos nous semble appropriée», a souligné l'analyste Vahan Ajamian, de la firme Beacon Securities, dans une note envoyée par courriel, soulignant que 5000 kilos produits par la société étaient destinés à des fins médicales.


L'annonce d'une entente avec la SAQ a fait bondir le titre de Hydropothecary à la Bourse de croissance TSX, où le titre prenait 5,3 pour cent, ou 21 cents, pour se négocier à 4,17 $ en avant-midi.


Selon M. St-Louis, la société d'État avait approché l'ensemble des entreprises détentrices d'une licence fédérale de production au cours des derniers mois.


«Les 20 000 kilos, c'est seulement pour la première année, a-t-il dit. Nous nous attendons à aller plus loin en ce qui a trait à l'approvisionnement. Dans l'ensemble, le Québec a adopté une approche réfléchie en concluant des ententes avec les plus importants producteurs au pays.»


 


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

18/01/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres boursiers qui ont le plus marqué la semaine? Du nombre: du pétrole, du yoga et du... cannabis.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

11/01/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont le plus marqué la semaine? Le solide rebond du TSX n'aura pas profité à toutes également.

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

Quels sont les titres qui ont marqué l'actualité boursière? Surprise: l'un d'entre-eux n'aura pu faire mieux que SNC.

Faut-il mettre fin au fractionnement de revenu de pension?

Cette mesure fiscale exclusive aux retraités cache des coûts appelés à grimper.

Le fractionnement de revenu, une stratégie claire-obscure

Un lecteur s’interroge sur le fractionnement de revenu de retraite. Première d’une paire de chroniques.