Bourse: Wall Street s'alarme de la soudaine montée des taux

Publié le 04/10/2018 à 09:56, mis à jour le 04/10/2018 à 16:51

Bourse: Wall Street s'alarme de la soudaine montée des taux

Publié le 04/10/2018 à 09:56, mis à jour le 04/10/2018 à 16:51

[Photo:123rf]

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York s’est nettement repliée jeudi, déstabilisée par la forte et soudaine montée des taux d’emprunt sur le marché obligataire.


Indices


L’indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 0,75 %, à 26 627,48 points, après cinq séances consécutives de hausse. 


Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a reculé de 1,81 %, à 7 879,51 points.


L’indice élargi S&P 500 a cédé 0,82 %, à 2 901,61 points.


Le S&P/TSX a laissé aller 0,41 % de sa valeur à 16 006,67 points.


Le dollar canadien a souffert de cette inquiétude sur les marchés, s’étant dévalorisé de 0,38 % à 0,773 9 dollar américain.


Contexte


Le taux d'emprunt sur la dette à 10 ans des États-Unis, après avoir déjà fortement grimpé mercredi, a continué sur sa lancée jeudi, montant jusqu'à plus de 3,2% pour la première fois depuis 2011. Il évoluait vers 16H20 à 3,188%.


De même le taux d'emprunt sur la dette à 30 ans s'est hissé jusqu'à 3,39% jeudi, son plus haut niveau depuis 2014. Il évoluait à 3,345% vers 16H20. 


Cette progression accompagne logiquement la remontée en cours des taux d'intérêt décidée par la Banque centrale américaine (Fed) au vu de la bonne santé de l'économie des États-Unis. 


Les indicateurs du jour ont conforté cette perspective : les demandes d’allocations chômage ont baissé plus que prévu lors de la semaine close le 29 septembre tandis que les commandes industrielles ont progressé plus qu’attendu en août.


Mais certains s’inquiètent de voir le marché obligataire se tendre aussi soudainement.


La montée des taux d’intérêt augmente en effet les coûts d’emprunt pour les investisseurs, qui ont largement profité ces dernières années de l’argent peu cher de la Fed pour financer leurs placements. 


Elle renchérit également les crédits à la consommation et les emprunts immobiliers effectués par les particuliers ainsi que les dépenses d’investissement effectuées par les entreprises. 


Du coup, « on se demande d’où vont venir les dépenses si les gens deviennent réticents à souscrire de nouveaux emprunts », souligne JJ Kinahan, de TD Ameritrade. 


La hausse des taux d’intérêt rend par ailleurs plus attractifs les placements sur le marché obligataire, éventuellement au détriment du marché des actions.


Toutefois, rappelle Karl Haeling, de LBBW, la remontée des taux d’intérêt est le reflet d’une économie en forme. « Ce qui trouble les investisseurs, c’est la rapidité à laquelle elle se produit », estime-t-il.


Guerre froide


Le marché a aussi été, selon lui, fragilisé jeudi par un regain de tensions entre Washington et Pékin. 


Entre les révélations de l’agence Bloomberg, selon lesquelles la Chine a utilisé de minuscules puces informatiques insérées dans des ordinateurs fabriqués en Chine pour tenter de voler des secrets technologiques américains, et le discours très dur du vice-président, Mike Pence, accusant entre autres Pékin de vouloir influencer les élections législatives en novembre, « on a un petit côté guerre froide » qui alimente la nervosité des courtiers, estime-t-il. 


Apple (-1,76 %) et Amazon (-2,22 %), concernés, selon Bloomberg, par l’opération chinoise d’espionnage industriel, ont assuré n’avoir pas été touchés. Mais l’ensemble du secteur technologique a été affecté jeudi par l’accès de faiblesse de Wall Street.


Les banques, qui profitent en général de la remontée des taux, sont parvenues en revanche à tirer leur épingle du jeu : JPMorgan Chase a gagné 0,94 %, Citigroup 0,35 % et Wells Fargo 1,65 %.


La chaîne de librairie Barnes and Noble a bondi de 21,79 % après avoir indiqué qu’elle faisait l’objet de plusieurs offres de rachat, dont une de la part du président de son conseil d’administration.


Les sociétés spécialisées dans les logiciels pour gestion de données, Hortonworks et Cloudera, se sont respectivement appréciées de 11,88 % et 11,53 % après l’annonce de leur fusion en une entreprise valant 5,2 milliards de dollars. 


Le groupe de boissons alcoolisées Constellation Brands a grimpé de 5,38 % après avoir fait part de résultats trimestriels supérieurs aux attentes.


Le laboratoire pharmaceutique Eli Lilly s’est adjugé 4,02 % après avoir rendu publics les résultats positifs d’essais cliniques sur un médicament destiné à lutter contre le diabète de type 2.


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Crise Canada-Chine: un ralentissement économique est improbable

Par contre, des secteurs et des provinces sont plus à risque que d’autres, selon la firme Capital Economics. Les voici.

Trois résolutions que tout entrepreneur doit prendre en 2019

BLOGUE INVITÉ. Voici trois résolutions que j’encourage tout entrepreneur à prendre en 2019.

Le monde des accélérateurs est-il trop consanguin?

BLOGUE. Les jeunes pousses du moment font la tournée des accélérateurs. Cette homogéniété sert-elle l'entrepreneuriat?