Bourse: ce qui bouge avant l'ouverture ce lundi

Publié le 13/08/2018 à 06:00, mis à jour le 13/08/2018 à 07:50

Bourse: ce qui bouge avant l'ouverture ce lundi

Publié le 13/08/2018 à 06:00, mis à jour le 13/08/2018 à 07:50

[Photo: 123RF]

Les marchés craignent la possibilité d'une contagion internationale après l'effondrement de la lire turque. La chute de la devise nationale de la Turquie rejaillit sur les autres monnaies.


«On ne voit pas comment les problèmes entre la Turquie et les Etats-Unis vont se résoudre», souligne Shoji Hirakawa, de l'institut de recherche Tokai Tokyo, cité par l'agence Bloomberg. «Les investisseurs s'inquiètent de la possibilité que cela devienne une crise financière européenne, avec pour corollaire un renforcement du yen», ajoute-t-il.


La Bourse de New York s'orientait également vers une ouverture en repli. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, perdait 0,29%. Celui de l'indice élargi SP 500 baissait de 0,26%, tandis que celui du Nasdaq, à dominante technologique, lâchait 0,27%.


Contexte


La crise diplomatique opposant Washington à Ankara s'est accentuée vendredi, avec l'annonce par le président américain Donald Trump d'une forte augmentation des taxes à l'importation sur l'acier et l'aluminium turcs. En réaction, la devise turque avait perdu plus de 20% de sa valeur face au dollar durant la journée.


La banque centrale de Turquie a annoncé lundi qu'elle prendrait «toutes les mesures nécessaires» pour assurer la stabilité financière, alors que le président Recep Tayyip Erdogan accuse Washington d'avoir fomenté un «complot politique» contre son pays.


«Les investisseurs sont inquiets de l'impact de la crise turque sur la stabilité de l'économie et du système financier mondial,» a indiqué auprès de Bloomberg News Ken Chen, analyste de KGI Securities Co.


L'effondrement de la livre a ajouté une pression supplémentaire sur les investisseurs déjà à cran à cause de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.


La monnaie turque a plongé à son plus bas historique dans les échanges asiatiques à 7,2362 livres pour un dollar dimanche avant de se reprendre avec l'annonce d'un plan de riposte par Ankara.


La banque centrale de Turquie a annoncé lundi qu'elle prendrait «toutes les mesures nécessaires» pour assurer la stabilité financière, fournissant «toutes les liquidités nécessaires aux banques».


Elle a révisé les taux de réserves obligatoires pour les banques, et indiqué qu'environ 10 milliards de livres, 6 milliards de dollars et l'équivalent de 3 milliards en or de liquidités seraient injectés dans le système financier.


La crise turque s'est accélérée fin juillet lorsque la banque centrale a décidé de maintenir son taux directeur inchangé, contre l'avis des marchés, sur fonds de crise dimplomatique avec les Etats-Unis.


«La situation turque va probablement être le thème dominant de la semaine», ont commenté dans une note les analystes d'Okasan Online Securities.


«Le Turkey choc, provoqué par de fortes baisses de la livre, alimente les craintes d'une contagion aux institutions financières en Europe», ont-ils souligné.


L'effondrement de la devise turque avait également pour conséquence une très forte progression du dollar, valeur refuge, qui a atteint un plus haut depuis 13 mois face à un panier de six devises étrangères dont l'euro.


Or un dollar élevé est négatif pour les sociétés exportatrices américaines qui voient leur compétitivité s'éroder sur le marché mondial.


À l'étranger


La Bourse de Hong Kong a plongé lundi de près de 2% sur fond d'inquiétudes des marchés mondiaux quant aux répercussions de la crise financière qui secoue la Turquie sur l'économie mondiale.


L'indice Hang Seng de Hong Kong a dégringolé de 1,52% (ou 430,05 points), à 27.936,57 points. En Chine continentale, l'indice composite de Shanghai a cédé 0,34% (soit 9,44 points) à 2.785,87 points. Celui de Shenzhen a lui progressé de 0,31% (4,75 points) à 1.520,71 points.


Après une ouverture en forte baisse, les places de Chine continentale ont limité la casse en séance.


Le yuan a poursuivi sa dévaluation face au dollar à 6,8629 yuans pour un dollar, son plus bas niveau depuis mai 2017.


La banque centrale chinoise avait indiqué la semaine dernière qu'elle maintenait une politique monétaire neutre et prudente, sans volonté d'utiliser le taux de change du yuan comme arme dans la guerre commerciale.


La Bourse de Tokyo a fini en forte baisse lundi, gagnée par la fébrilité, à l'instar des autres places financières mondiales, devant la chute de la monnaie turque sur fond de crise diplomatique entre Ankara et Washington.


A l'issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a lâché 1,98% (-440,65 points) à 21.857,43 points, au plus bas depuis un mois, et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a perdu 2,13% (-36,66 points) à 1.683,50 points.


Sur le marché des changes, la livre turque est tombée dans les premières heures en Asie à un nouveau plus bas historique face au dollar (7,2362 livres), avant de se reprendre un peu.


Ces mouvements sont défavorables à l'achat d'actions de groupes exportateurs japonais, d'autant que l'activité est plutôt faible sur la place nippone en ce début de semaine de congés traditionnels dans l'archipel.


À l'agenda


Intertape Polymer tient une conférence téléphonique lundi matin concernant ses résultats du deuxième trimestre.


Les intervenants de marchés ont pris connaissance de la publication du rapport mensuel de l'Opep: la production de l'Opep a légèrement augmenté en juillet , tirée par le Koweït, le Nigeria et les Émirats Arabes Unis.


Les chiffres de la production industrielle chinoise sont attendus pour mardi.


 

À suivre dans cette section


image

Sécurité alimentaire

Mardi 13 novembre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

11/10/2018 | LesAffaires.com et AFP

Les Bourses mondiales dégringolent, Trump accuse la Fed.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

10/10/2018 | LesAffaires.com et AFP

«L'incertitude prévaut sur les marchés financiers.»

À la une

La vulnérabilité en temps de crise de leadership

14/10/2018 | Federico Puebla

BLOGUE INVITÉ. Bien canalisée, la vulnérabilité peut même rendre des équipes plus performantes et innovantes.

La dette écologique expliquée à ma fille

13/10/2018 | François Normand

Planète inc. est en difficulté écologique, car ses dépenses augmentent toujours alors que ses revenus sont stables.

Miser sur le pétrole canadien est-il un bon pari?

BLOGUE. La chute dramatique du cours du pétrole canadien réveille le réflexe à contre-courant des financiers.