Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 14/12/2018 à 07:04

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 14/12/2018 à 07:04

[Photo : 123rf]

La Bourse de New York devrait perdre du terrain à l'ouverture vendredi matin, les investisseurs restant sur la défensive après un message prudent de la BCE et des données chinoises décevantes, et gardant toujours un oeil sur Pékin et Washington.


Du côté des contrats à terme, le Dow Jones Industrial Average, l’indice vedette du parquet new-yorkais, est en baisse de 0,77 % à 24 399 points selon les contrats à terme. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, recule de 0,92 % %, à 6715,25 points. Le S&P500, quant à lui, perd 0,80% à 2628,25 points.


Contexte


«Les statistiques chinoises décevantes et les doutes sur la capacité de Washington et de Pékin à s'entendre relancent la baisse des marchés», a analysé dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.


«L'annonce ce (vendredi) matin d'une nouvelle chute des immatriculations automobiles en Europe ne fait rien pour améliorer le sentiment», a-t-il ajouté.


Dans un contexte déjà lourd d'incertitudes politiques et économiques, les investisseurs se montraient par ailleurs prudents après un message jugé plus inquiet de la Banque centrale européenne (BCE) sur les perspectives économiques de la zone euro.


Très attendu, tant les inquiétudes économiques s'accumulent depuis des mois, le président de l'institution Mario Draghi s'est livré à un numéro d'équilibriste: confiant dans les perspectives d'inflation, le banquier italien s'est toutefois montré plus pessimiste sur la croissance, évoquant notamment des «risques orientés à la baisse».


Par ailleurs, le Canada a officiellement confirmé jeudi la détention d'un second Canadien en Chine alors que Pékin a simplement affirmé jusqu'ici avoir pris des «mesures coercitives» à l'encontre de deux citoyens canadiens.


La Chine ne décolère pas depuis l'arrestation à Vancouver début décembre de Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei, à la demande des États-Unis.


Sur le front du Brexit, la Première ministre britannique Theresa May a demandé jeudi à Bruxelles de nouvelles garanties pour l'aider à obtenir la ratification de l'accord par les députés britanniques, mais elle a fait face à des Européens ouvertement agacés par des exigences jugées trop vagues.


À l’étranger


Les places boursières chinoises ont terminé la semaine en recul, après la publication par Pékin d'indicateurs économiques préoccupants, et alors que les investisseurs ont réalisé des prises de bénéfices au terme d'une semaine largement positive.


Les ventes de détail et la production industrielle ont ralenti en novembre en Chine, ce qui préoccupe pour l'économie du pays, et a inquiété les investisseurs.


Ces chiffres «montrent une économie sous pression, tant sur le front domestique qu'à l'international, avec des efforts politiques encore insuffisants pour soutenir la croissance», a indiqué Julian Evans-Pritchard, de Capital Economics.


Ce ralentissement a toutefois été nuancé par la progression des investissements en capital fixe.


La semaine s'achève sur une note négative, mais a néanmoins connu une belle dynamique, avec des signes d'apaisement des tensions entre la Chine et les Etats-Unis, qui alimentent les espoirs de résolution du conflit commercial entre les deux puissances.


Les investisseurs étaient toutefois attentifs à tout retournement de situation, notamment après l'arrestation de deux Canadiens, soupçonnés par Pékin «d'activités menaçant sa sécurité nationale», près de deux semaines après l'arrestation au Canada, à la demande de Washington, d'une dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei.


Pour Zhang Qi, analyste chez Haitong Securities, les investisseurs «(manquent) de confiance, de sorte qu'une légère augmentation des flux d'investissement peut prendre un certain temps».


«Des signaux positifs sont toutefois attendus avec les célébrations du 40e anniversaire de la politique de réforme et d'ouverture», lancée le 18 décembre 1978, a-t-il ajouté.


Sur le front des valeurs, les compagnies pétrolières ont été pénalisées par la montée du prix du pétrole.


À l’agenda


Du côté des indicateurs, la Chine a ouvert la marche ce vendredi avec des ventes de détail et une production industrielle qui ont ralenti en novembre, un signe préoccupant pour l'économie du pays, tempéré par un rebond des investissements en capital fixe.


es ventes de détail et la production industrielle pour novembre complèteront l'agenda aux Etats-Unis, ainsi que les stocks des entreprises.


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

15/02/2019 | LesAffaires.com et AFP

«Les données américaines confortent la crainte d'une récession prochaine.»

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

14/02/2019 | LesAffaires.com et AFP

«Janvier encourage la prise de risque.»

À la une

Les démocrates proposent une révolution verte aux États-Unis

ANALYSE - Des démocrates proposent un New Deal qui pourrait transformer les États-Unis comme celui de Roosevelt.

Bourse: le rebond de 18% suscite la méfiance

BLOGUE. Les experts se demandent si la pause de la Fed suffira à contrecarrer la récession possible des profits.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

15/02/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont marqué l'actualité boursière? Surprise: l'un d'entre-eux n'aura pu faire mieux que SNC.