New York et Toronto terminent en ordre dispersé

Publié le 22/06/2018 à 17:23

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

Publié le 22/06/2018 à 17:23

Tandis que la Bourse de Toronto clôturait la semaine à un sommet, le parquet de New York a terminé sa séance sur une note contrastée, partagée entre la bonne santé du secteur pétrolier et un recul du secteur des technologies sur fond d'inquiétudes persistantes quant aux relations commerciales des États-Unis. 


À Toronto, l’indice composé S&P/TSX a ajouté 114,99 points, ou 0,70%, terminant à 16 450,14 points, stimulé par les gains du secteur de l'énergie à la suite d'une réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).


À Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,49% à 24.580,89 points, mettant ainsi fin à une série de huit séances consécutives de baisse. 


Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a cédé 0,26% à 7.692,82 points.


L'indice élargi S&P 500 a gagné 0,19%, à 2.754,88 points.


Sur la semaine, le Dow Jones a perdu 2,03%, le Nasdaq 0,69% et le S&P 500 0,89%.


Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 75,14 cents US, en progression de 0,01 cent US. Le huard a hésité à la suite de données publiées par Statistique Canada faisant état d'une inflation plus faible qu'anticipée et d'un recul des ventes des détaillants.


Au compte-goutte


Après plusieurs séances chahutées par les tensions commerciales entre les États-Unis et ses principaux partenaires, "le marché se rend compte que les éventuelles mesures de rétorsion arrivent au compte-goutte et que la situation ne s'est pas envenimée", a souligné Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.  


De même, "alors que les investisseurs redoutaient l'issue du sommet de l'Opep, le cartel a convenu vendredi d'une hausse de la production de brut moins importante qu'anticipé", a-t-il ajouté. 


Réunis à Vienne, ses membres ont en effet convenu d'une augmentation des extractions de pétrole de 1 million de barils par jour pour le cartel et dix autres pays producteurs, ce qui dans les faits se traduira probablement, selon plusieurs analystes, par une augmentation de l'ordre de seulement 600.000 barils par jour.


Les prix du pétrole à Londres (+3,4%) et New York (+4,6%) ont bondi, entraînant dans leur sillage les actions des grandes entreprises du secteur: Chevron a grimpé de 2,05% et ExxonMobil de 2,12%.


Recul de Netflix


Dans le secteur de la technologie, qui a beaucoup grimpé ces derniers mois, les prévisions de la société Red Hat ont déçu le marché et son titre a chuté de 14,23%. 


Même si elle n'est pas forcément très connue, "cette entreprise est emblématique sur son créneau et les sociétés qui lui ressemblent ont pâti de cet avertissement sur résultats", a estimé M. Volokhine. 


Le repli de quelques valeurs phares du secteur technologique, à l'instar d'Alphabet (-0,19%), la maison-mère de Google, ou de Netflix (-1,05%), a aussi pesé sur l'indice Nasdaq.


Le marché obligataire progressait légèrement: le taux d'intérêt sur la dette américaine à 10 ans évoluait vers 20H35 GMT à 2,892% contre 2,897% jeudi soir, et celui à 30 ans à 3,036%, contre 3,044% à la précédente clôture.


GM au Mexique


Le secteur bancaire était aussi surveillé alors que la banque centrale américaine a estimé à l'issue de la première phase des tests annuels de résistance jeudi soir que les plus grands établissements financiers américains étaient "solidement capitalisés" et devraient ainsi résister à une éventuelle crise économique sévère.


Les titres des principales entreprises du secteur ont toutefois terminé dans le rouge: Citigroup a perdu 0,64%, JPMorganChase 1,64% et Wells Fargo 0,79%. 


Le constructeur automobile General Motors (GM), qui a confirmé vendredi qu'il allait produire un nouveau SUV (4X4 urbain) au Mexique en dépit des critiques du président Donald Trump appelant les entreprises à fabriquer aux États-Unis, a pris 0,32%.


Le groupe de logistique UPS est monté de 0,25%. L'entreprise a conclu un accord pour les cinq prochaines années, avec le syndicat représentant les livreurs de petits colis.


Pour les prochaines séances, les investisseurs surveilleront surtout tout rebondissement sur le front commercial. 


"A l'approche de la saison des résultats, il faudrait sans doute un peu plus de clarté sur le sujet, mettre fin à cette sorte de suspense négatif, sans quoi les entreprises vont faire preuve d'une grande prudence dans leurs prévisions", a estimé M. Volokhine.


 


image

Gestion de l'innovation

Jeudi 20 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

La fermeture d'une raffinerie des É-U nuira au pétrole canadien

Une interruption de production du plus gros acheteur américain de pétrole lourd canadien devrait ...

Uni-Sélect se met en vente, le PDG quitte

Mis à jour le 18/09/2018 | Dominique Beauchamp

Le PDG quitte subitement et Uni-Sélect embauche JP Morgan pour un examen stratégique.

À la une

Entreprises québécoises: comment se conformer au RGPD?

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

L’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’Union européenne...

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

19/09/2018 | François Normand

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

19/09/2018 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.