La Fed prive les marchés d'un puissant stimulant

Publié le 22/09/2017 à 11:08

La Fed prive les marchés d'un puissant stimulant

Publié le 22/09/2017 à 11:08

Par Jean Gagnon

Maintenant que la Réserve fédérale américaine (Fed) entreprend la réduction de la taille de son bilan, il faut croire que les Bourses qui ont carburé aux liquidités injectées par celle-ci depuis plusieurs années vont maintenant connaître une période plus difficile.


Il y a 9 ans déjà, presque jour pour jour, le courtier américain Lehman Brothers, pris dans la tourmente de la crise des «subprimes», déclarait faillite. C’est à partir de ce moment que la crise financière se généralisa. Entraînées dans son sillon, les Bourses s’écroulèrent comme des châteaux de cartes.


La Fed a réagi en réduisant rapidement les taux d’intérêt à zéro. Elle a ensuite lancé trois programmes successifs d’assouplissement quantitatif (quantitative easing, QE) qui consistaient à acheter des quantités importantes d’obligations et d’autres titres de dettes afin d’assurer que les taux d’intérêt à long terme demeureraient eux aussi très bas.


À n’en pas douter, les actions de la Fed ont été couronnées de succès. L’économie américaine a retrouvé un rythme de croissance respectable et l’indice S&P500 est à un niveau record, en hausse de 270% depuis le creux du 9 mars 2009. Mais en contrepartie, les actifs de la Fed ont plus que doublé pendant ce temps et atteignent aujourd’hui 4,500 milliards de dollars US.


Mercredi, Janet Yellen, présidente de la Fed, annonçait que le temps était venu de renverser la vapeur. Dès octobre, la Fed commencera à alléger son bilan en ne remplaçant pas les titres qui viendront à échéance. Elle le fera graduellement. D’abord 10 milliards par mois, mais en augmentant de 10 milliards à chaque trimestre jusqu’à concurrence de 50 milliards par mois.


Si les marchés boursiers ont autant carburé aux liquidités injectées par la Fed, il est certainement raisonnable de croire que le retrait, bien que progressif, de ces liquidités, pourrait maintenant causer un certain refroidissement des marchés, explique Ismaël Chiadmi, directeur de la gestion quantitative chez Montrusco Bolton. Surtout que cela se produit à un moment où le VIX, surnommé l’indicateur de la peur, se situe à 9,7, indiquant ainsi un très grand niveau de complaisance.


L’euphorie sur les places financières est souvent un phénomène persistant qui ne s’arrête pas nécessairement aussitôt qu’un changement de conjoncture apparaît, rappelle M. Chiadmi. «Mais lorsque cela se produit, il s’ensuit généralement une chute précipitée des marchés», dit-il. «Et cela peut arriver à tout moment», ajoute-t-il.


Tout doute quant à la validité de ce bull market semble s’être complètement estompé. En effet, de nombreux investisseurs s’abstenaient de plonger en Bourse au cours des dernières années parce qu’ils croyaient que les actions de la Fed faisaient en sorte que le rallye était artificiel, explique Howard Gold, éditeur de la lettre financière Golden Egg Investing. Mais ils ont maintenant tous revu leur copie, estime l’éditeur. Une enquête menée par Wells Fargo/Gallop indique que 68% des investisseurs américains sont optimistes quant à la performance du marché boursier au cours de la prochaine année. Ce degré d’optimisme égale celui qui régnait en décembre 1999, juste avant l’éclatement de la bulle techno.


Le plus récent sondage hebdomadaire de l’American Association of Individual Investors (AAII), ainsi que le Market Vane Bullish Consensus, deux indicateurs très suivis, démontrent aussi des niveaux de confiance rarement égalés.


Certains experts toutefois ne semblent ne pas trop s’inquiéter du changement de cap de la Fed et invoquent d’autres facteurs pour justifier l’optimisme des investisseurs. C’est le cas de Jeffrey Kleintop, Chef stratège chez Charles Schwab. «Les profits des sociétés et non les banques centrales, sont le principal moteur du rallye boursier mondial», dit-il en entrevue à MarketWatch. «Il ne faut donc pas perdre de sommeil avec cette annonce, par ailleurs très attendue de la Fed, qu’elle va réduire son bilan», ajoute-t-il.


 


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Chute du pétrole: il ne faut pas crier au loup

Mis à jour le 09/11/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Aux dires de deux experts, le déclin record du pétrole n'envoie pas de signal économique.

Les fondamentaux, la chimie et le mental

09/11/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Quoi faire quand la Bourse se met à faire du yo-yo ? Surtout pas ceci...

À la une

Stan Lee, le père de Marvel, s'est éteint

Il y a 31 minutes | AFP

En 1961 il imagine l’équipe de superhéros « Les Quatre Fantastiques » et change la bande dessinée à jamais.

Decathlon s'installera au centre-ville de Montréal

La multinationale sportive s'installera dans les locaux que convoitait Saks Off 5th avant de finir par se désister.

À surveiller: Québecor, Cominar et Pages Jaunes

Que faire avec les titres de Québecor, Cominar et Pages Jaunes?