Les marchés : la glissade se poursuit

Publié le 22/10/2008 à 00:00

Les marchés : la glissade se poursuit

Publié le 22/10/2008 à 00:00

Les indices nord-américains glissaient, ce qui constitue une répétition de la tendance des marchés européens et des places boursières asiatiques. Ces dernières ont d'ailleurs plongé à leur plus bas depuis quatre ans.



L’indice Dow Jones reculait à 8 456 points. Le S&P 500 cédait 6,16% à 896 points, alors que le Nasdaq perdait 4,65%, pour s¹établir à 1 617 points.



La perspective de l'annonce de résultats financiers en baisse pour les principales sociétés américaines et multinationales apporte de l¹eau au moulin de la morosité des investisseurs.



Au Canada, le recul du pétrole et des métaux plombe l¹humeur des épargnants.



Le S&P/TSX reculait de 5,71 %. L¹indice se situe à 9 236 points. Les secteurs perdants sont surtout les matériaux (-11%), l’énergie (-9%). Les financières accusent pour leur part un recul de 4%.



«Nous sommes maintenant à des niveaux où les titres du secteur de l’énergie se transigent au même niveau qu’en mai 2005 quand le baril du pétrole valait 52 dollars américains », commente l’analyste Menno Hulshof de Dundee Capital Markets.



Reculs en Europe et en Asie



À Paris, l'indice CAC 40 perdait 5,10% à 3 298 points en fin d’après-midi. Londres recule de 4,46%, Francfort de 4,16%.



En Asie, l'indice Nikkeï à Tokyo a dévissé de 6,79 pour cent, cédant 631,56 points à 8674,69 points, après une hausse de 2,46 pour cent mardi. Le Hang Seng à Hong Kong a perdu 5,2 pour cent tandis qu'à Séoul, le Kospi était en recul de 5,1 pour cent.



Toutes les autres places boursières d'Asie et du Pacifique tiraient également vers le bas comme en Australie, en Chine, à Singapour et à Taïwan.


La journée a aussi été rude sur le marché des matières premières. Le prix du baril de pétrole a reculé de 5,43 dollars américains pour s’établir à 66,47 dollars américains. Les investisseurs ont les yeux rivés sur le ralentissement économique et minimisent l’impact d’éventuelles baisses de production de l’Opep.


"Compte tenu du ralentissement économique, on ne serait pas surpris que le prix du pétrole baisse encore. Cependant, une fois la crise financière passée, il devrait remonter et nous réitérons notre cible de 75 à 80 dollars le baril", pense Pierre Lapointe, stratège adjoint à la Banque Nationale.


L’or est descendu à son niveau le plus bas depuis un an, soit 735,20 dollars américains l’once.


Cette faiblesse des matières premières a été un mauvais signal pour le dollar canadien qui glisse à un nouveau creux de 79,78 cents américains.


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

PĂ©nurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Les démocrates proposent une révolution verte aux États-Unis

ANALYSE - Des démocrates proposent un New Deal qui pourrait transformer les États-Unis comme celui de Roosevelt.

Bourse: le rebond de 18% suscite la méfiance

BLOGUE. Les experts se demandent si la pause de la Fed suffira à contrecarrer la récession possible des profits.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

15/02/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont marqué l'actualité boursière? Surprise: l'un d'entre-eux n'aura pu faire mieux que SNC.