Les marchés : rien ne résiste au rouge

Publié le 27/10/2008 à 00:00

Les marchés : rien ne résiste au rouge

Publié le 27/10/2008 à 00:00

Après des hésitations, la déprime qui avait gagné l’Asie et l’Europe n’a pas épargné la bourse de Toronto.



C’est au final sur une note négative sans appel que la Bourse de Toronto clôture accusant une baisse de 756 points. Le plancher de 9 000 points a cédé laissant l’indice à 8 537 points en baisse de 8,14%.



Les investisseurs semblent anticiper des baisses significatives de bénéfices. «À 9 000 points, le TSX anticipe des baisses de profits de l’ordre de 34%. Ce sont des prévisions qui ne sont hélas pas loin des baisses observées lors des précédentes récessions», affirme George Vasic, stratège chez UBS.



La journée avait commencé sur un ton pessimiste quand les bourses asiatiques et européennes pointaient profondément dans le rouge. Mais Wall Street semblait pencher de l’autre coté et connaissait même des hausses réduisant ainsi la perte du TSX. Les marchés nord-américains ont cependant cédé en fin de journée amplifiant les pertes du TSX et entrainant tous les indices en territoire négatif.



Les pertes pour Toronto ont été les plus fortes dans les secteurs exposés à l’économie mondiale notamment l’énergie (-9%) qui a oscillé avec le pétrole qui a été très volatil pendant la séance tombant à 62 dollars américains le baril avant de remonter à 63,07 dollars américains.



Le secteur des matériaux est aussi en forte baisse (-11%). Si les financières et l’industrie semblaient résister en milieu de journée, ces secteurs se sont effondrés en fin de journée pour terminer en baisse de 9%.



À Wall Street, le Dow Jones cède 2,42% à 8 175 points. Le S&P500 accuse une plus forte baisse de 3,19% à 848 points. Le Nasdaq baisse aussi de 2,97% à 1 505 points.



A la clôture, les marchés européens ont réussi à regagner une partie des pertes qu'ils avaient subi à l'ouverture. A Londres, l'indice FTSE 100 a terminé en baisse de 1%, perdant 37,22 points à 3.846 points, après avoir plongé de 4,9% dans la matinée. En France, le CAC 40 est resté dans le rouge, clôturant en baisse de 126,44, soit 3,96%, à 3067 points. Les pertes initiales du début de journée en Europe avaient été entraînées par les mauvais résultats des marchés asiatiques lundi.



A Tokyo, l'indice Nikkei a clôturé en baisse de 6,4% à 7.162,90 points, son plus bas niveau depuis 26 ans, en octobre 1982. "Les inquiétudes concernant l'impact de la remontée du yen sur les exportations japonaises ont touché durement le Nikkei", explique Julian Jessop, responsable des marchés internationaux de la firme Capital Economics. «Cela a provoqué également une forte baisse sur les marchés européens.»



La forte baisse à Tokyo est survenue malgré des informations sur une éventuelle intervention du gouvernement. D'après le quotidien ôôYomiuri", qui cite des sources non identifiées, le gouvernement envisage d'injecter 10.000 milliards de yens (86,9 milliards d'euros) d'argent public dans le capital des banques en difficulté pour les soutenir.



Ailleurs en Asie, l'indice Hang Seng a cédé 12,7% à 11.015,84 points -plus important recul en une seule journée depuis 1991. A Shanghaï, l'indice composite a perdu 6,3% à 1.723,35 points, son plus mauvais résultat depuis septembre 2006. ôôLa panique s'est répandue plus vite que nous le pensions. C'est à qui s'échappera le plus vite", résume Feng Yuming, un analyste d'Oriental Securities à Shanghai.



A Mumbai (ex-Bombay), l'indice Sensex a clôturé en baisse de 2,2% à 8.509,56 points, après avoir abandonné plus de 6% en cours de séance. A Manille, aux Philippines, la bourse a perdu 12,3% à 1.713,83 points. Les cotations ont été interrompues en cours de séance pendant un quart d'heure, en raison de la forte baisse.



Seule la Bourse de Séoul a limité les dégâts, l'indice Kospi terminant en hausse de 0,8% à 946,45 points, principalement en raison d'une baisse des taux d'intérêts décidée par la banque centrale sud-coréenne.


L’or a connu une remontée de 12,90 dollars américains et se transigeait à 742,50 dollars américains l’once.



Le dollar canadien a été chahuté pendant la séance tombant en dessous de 78 cents à 77,74 cents américains.


Avec la Presse Canadienne


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

PĂ©nurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

À la une

CDPQ : des enjeux de gouvernance font ombrage aux bons résultats

21/02/2019 | Daniel Germain

Les déboires de la filiale Otéra Capital ouvrent la voie à une réflexion plus large.

Michael Sabia à la défense de SNC-Lavalin

« C’est important de comprendre l’ampleur du changement qu’il y a eu dans cette société», rappelle-t-il.

La Caisse Ă©chappe aux pertes

La Caisse a affiché un rendement de 4,2% en 2018, malgré une année difficile sur les marchés boursiers mondiaux.