Approche HaaS : quand TI rime avec paix d’esprit

Publié le 20/02/2018 à 10:10

Confier à un fournisseur la gestion de son matériel informatique et d’une bonne partie de ses activités liées au TI ? C’est ce que font les organisations qui adoptent l’approche HaaS (Hardware as a Service), un moyen pour elles d’économiser temps et argent... et de mieux se concentrer sur le cœur de leurs affaires.

« L’approche HaaS, c’est un mode de consommation de matériel informatique combiné à des solutions infonuagiques et à des services gérés à distance par un tiers, et ce, afin de soutenir les activités de l’entreprise, explique Mark Duchesne, coordonnateur marketing chez Informatique ProContact, une entreprise spécialisée en solutions informatiques. C’est donc tout ça, moyennant une mensualité fixe. »


HaaS plutôt que l’acquisition du matériel : des avantages
Dans une approche HaaS, l’entreprise obtient d’abord son matériel informatique (ordinateurs, portables, souris, claviers, moniteurs, logiciels, etc.) auprès du fournisseur. À l’échéance du contrat, l’entreprise peut soit conserver le matériel, soit renouveler le contrat avec du matériel neuf. Considérant qu’un ordinateur a une durée de vie moyenne de cinq ans, l’obtention de matériel neuf est une bonne façon d’éviter ou de limiter les conséquences que peut avoir la désuétude du matériel informatique sur la productivité de l’entreprise. « D’autant plus que lorsqu’un ordinateur n’est plus couvert par la garantie du fabricant, ajoute Mark Duchesne, les coûts pour le réparer peuvent souvent dépasser celui d’un ordinateur neuf. »



La consommation en mode HaaS plutôt que l’achat permet en outre d’avoir accès à du matériel de qualité. « Chez nous, Lenovo est le partenaire de tous les instants dans le déploiement de nos solutions HaaS, explique Mark Duchesne. Ils offrent des équipements performants, qui vont de l’ordinateur de bureau à l’ordinateur portable, de la tablette à divers périphériques... »

Des postes de travail prêts à utiliser
Au-delà du matériel, le fournisseur d’une solution HaaS s’occupe aussi de la configuration des postes de travail en installant les systèmes d’exploitation et en procédant au déploiement des applications que les employés utilisent au quotidien. « Chez Informatique ProContact, notre offre comprend l’installation des logiciels de base de la suite Office 365, Skype for Business, OneDrive for Business et SharePoint, précise Mark Duchesne. Tout ce que le client doit faire, c’est de nous fournir une image d’un poste de travail. »

Maintenance préventive : rien n’est oublié
Adopter pour son organisation une approche HaaS, c’est aussi profiter d’une paix d’esprit en ce qui concerne l’état de santé de son parc informatique. C’est le fournisseur qui est responsable des différentes activités de maintenance préventive : mises à jour des systèmes d’exploitation ou des logiciels de tierces parties, défragmentation de disque, création d’un point de restauration, nettoyage de fichiers temporaires, etc. Pour Mark Duchesne, ces tâches de maintenance préventive peuvent contribuer à aider les organisations à se protéger contre les rançongiciels (ransomware) et autres formes de piratage. « Un système d’exploitation ou un logiciel qui n’est pas à jour sert de porte d’entrée aux cybercriminels, comme ce fut le cas avec le rançongiciel Petya. Puisque c’est une tâche qui prend du temps et qui peut être ignorée, certaines organisations ne procèdent pas aux mises à jour système aussi régulièrement qu’il le faudrait. »

D’ailleurs, la surveillance et la détection des virus sont d’autres services inclus dans un modèle HaaS.

Cela dit, malgré toutes les précautions, aucune organisation n’est à l’abri d’un sinistre ou d’une attaque informatique qui pourrait compromettre l’intégrité de ses données. « Chez nous, on utilise un logiciel 100 % canadien qui permet de sauvegarder les données d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un téléphone intelligent et de les envoyer sur un serveur distant, dit Mark Duchesne. En cas de besoin, l’utilisateur peut récupérer ses  fichiers  en  tout temps. »

Du soutien technique
Il va de soi qu’une organisation ne peut pas confier à un tiers la responsabilité d’une aussi grande partie de ses activités TI sans s’attendre à un soutien technique solide de la part de son fournisseur. « C’est non négociable, indique Mark Duchesne. On veut un fournisseur qui répond aux demandes aussi rapidement que possible, et qui peut rétablir le fonctionnement du service tout aussi rapidement. »

Par exemple, dans une approche HaaS, si un usager fait du télétravail et n’arrive plus à accéder à son VPN, un représentant du soutien technique peut corriger le problème en prenant le contrôle à distance de son ordinateur. « Avec le modèle HaaS, le soutien technique est un service qui aura une influence importante sur les opérations du département TI de l’entreprise, ajoute Mark Duchesne, notamment en ce qui concerne le temps que les ressources TI à l’interne doivent normalement consacrer à la résolution de bogues... »

L’approche HaaS, est-ce pour votre organisation ?
Pour mieux mesurer les avantages qu’une organisation peut tirer d’une approche HaaS, comparativement à l’acquisition et à l’exploitation de son propre parc informatique, il est important de considérer le coût total de possession (Total Cost of Ownership ou TCO). Globalement, est-il plus profitable de posséder son parc informatique ou de payer un montant mensuel pour l’utiliser ? « Nos experts analysent la situation pour voir si c’est avantageux pour l’organisation d’avoir recours à un modèle de type HaaS », explique Mark Duchesne.

Dans tous les cas, l’approche HaaS est flexible et s’adapte à la croissance de l’organisation, qui peut ajouter ou retirer du matériel TI ou des services en fonction de ses besoins. « On ajuste simplement la mensualité », souligne Mark Duchesne.

Le contenu partenaire c'est quoi ?

Ce contenu destiné à la communauté d'affaires a été produit par un annonceur ou pour un annonceur. Les journalistes de Les Affaires ne sont pas impliqués dans la rédaction de ce contenu.

À la une

L'empreinte montréalaise dans Blade Runner 2049

Il n'y a pas que le réalisateur Denis Villeneuve qui a légué une empreinte québécoise au film Blade Runner 2049.

Pourquoi Buffett refuse de dépenser ses 116 milliards de liquidités

BLOGUE. Il voit un obstacle à pratiquement toutes les transactions potentielles.

À la Bourse comme aux Olympiques

Mis à jour à 10:10 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. En Bourse, cela signifie qu’il vaut mieux rester à l’intérieur de son cercle de compétences.