Innovation, collaboration et recyclage : les éléments clés de l’économie circulaire

Publié le 25/07/2018 à 09:26

Par Keurig Canada

L’économie circulaire est un concept économique dont l’un des fondements de base vise à optimiser l’utilisation des ressources à toutes les étapes du cycle de vie d’un bien ou d’un service. Cela, dans la perspective d’en prolonger la durée de vie pour réduire l’empreinte environnementale et contribuer au bien-être des collectivités. La réduction à la source, la réutilisation et le recyclage (les fameux « 3R ») figurent parmi les stratégies clés essentielles à la mise sur pied de l’économie circulaire.


En raison de ses attributs spécifiques et de son utilisation répandue, le plastique est au cœur de ce système. Il est polyvalent, léger, peu coûteux et possède la capacité de préserver efficacement les produits qu’il enrobe, attributs qui en font un matériau prisé par l’industrie de l’emballage. En outre, plusieurs types de plastiques peuvent être facilement recyclés : ils ont le potentiel d’avoir une seconde vie utile et s’inscrivent ainsi dans cette économie circulaire.


Entreprise reconnue pour la qualité de ses produits et son leadership en matière de développement durable, Keurig accorde une grande importance à la réduction de son empreinte environnementale, et la recyclabilité de ses emballages figure parmi les stratégies privilégiées. Au cours des trois dernières années, l’entreprise a travaillé d’arrache-pied, de concert avec des chefs de file des industries du recyclage et du plastique, afin de mettre en marché une capsule de café plus durable, puisque recyclable. Le président de Keurig Canada, Stéphane Glorieux, mentionne l’importance de cette collaboration : « Nous sommes convaincus que travailler de pair avec les centres de tri, les recycleurs et les organismes de l’industrie a été essentiel non seulement pour développer notre capsule K-Cup® recyclable, mais aussi pour nous assurer que celle-ci serait réellement recyclée. »


En effet, il fallait revoir la composition de la capsule K-Cup®. Selon la directrice principale, Communication et développement durable de Keurig, Cynthia Shanks : « La première étape, pour entreprendre ce virage, était de changer le plastique qui compose les capsules K-Cup® pour du polypropylène ». Communément appelé plastique no 5, il a l’avantage d’être accepté dans 95 % des centres de tri et programmes de recyclage municipaux au Canada. Par la suite, l’équipe de Keurig a procédé à plusieurs tests en centre de tri pour valider le potentiel de capture des capsules avec les équipements existants, et confirmer leur recyclabilité. Selon Cynthia Shanks : « Effectivement, les tests effectués dans différents types d’installations ont généré des résultats positifs, démontrant qu’en moyenne, 90 % des capsules K-Cup® de Keurig ont le potentiel d’être triées convenablement dans un centre de tri. »


Selon la présidente-directrice générale de Éco Entreprises Québec, Maryse Vermette : « La volonté de Keurig de collaborer avec des centres de tri est une initiative novatrice qui donne l’opportunité aux centres d’échanger directement avec les entreprises qui génèrent ces emballages. Ce type de projet est bénéfique pour tous et ultimement permet de recycler une quantité plus importante de matière. » De plus, le recyclage du polypropylène, une résine de bonne qualité, ouvre la porte à d’autres opportunités liées à l’économie circulaire au Québec.


D’ailleurs, Keurig travaille en continu pour intégrer le concept de l’économie circulaire dans ses pratiques. « Nous explorons activement les options qui nous permettraient d’utiliser du plastique recyclé dans la fabrication de nos différents produits. Il est important pour nous de boucler la boucle, et de participer à la création de la demande pour le marché du plastique recyclé. C’est ainsi que les organisations arriveront à réellement s’inscrire dans l’économie circulaire », ajoute Cynthia Shanks.


Aux premiers balbutiements du projet, l’équipe de Keurig avait comme objectif de convertir toutes les capsules K-Cup® vendues au Canada au format recyclable d’ici 2020. L’entreprise affirme que le virage complet sera terminé à la fin de 2018, soit deux ans plus tôt que prévu. Afin de mettre de l’avant cette initiative et permettre à la clientèle d’adopter ce changement, Keurig Canada mise sur la simplicité du processus de recyclage : retirer l’opercule, vider et composter le contenu (le filtre peut être laissé à l’intérieur) et déposer la capsule K-Cup® recyclable dans le bac de récupération, à la maison.


Au-delà des capsules K-Cup® recyclables, désormais disponibles partout au pays, Stéphane Glorieux insiste sur la vision de Keurig en matière de développement durable : « Nous nous efforçons de faire en sorte d’infuser un monde meilleur, en nous approvisionnant et en fabriquant nos produits de la bonne façon, et dans une perspective de long terme. Nous réduisons activement l’impact environnemental de nos produits et activités, et nous sommes en bonne voie d’atteindre nos objectifs avant l’échéance prévue. » Par l’entremise de son projet de recyclabilité, Keurig souhaite contribuer à la mise en place d’une économie circulaire au Canada. Cette initiative constitue un premier pas en ce sens, mais certainement pas le dernier!

Le contenu partenaire c'est quoi ?

Ce contenu destiné à la communauté d'affaires a été produit par un annonceur ou pour un annonceur. Les journalistes de Les Affaires ne sont pas impliqués dans la rédaction de ce contenu.

À la une

Les démocrates proposent une révolution verte aux États-Unis

ANALYSE - Des démocrates proposent un New Deal qui pourrait transformer les États-Unis comme celui de Roosevelt.

Bourse: le rebond de 18% suscite la méfiance

BLOGUE. Les experts se demandent si la pause de la Fed suffira à contrecarrer la récession possible des profits.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

15/02/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont marqué l'actualité boursière? Surprise: l'un d'entre-eux n'aura pu faire mieux que SNC.