Un paysage hôtelier montréalais revivifié

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Septembre 2017

Un paysage hôtelier montréalais revivifié

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Septembre 2017

Par Claudine Hébert

CoLab 3, le campus d’affaires au Fairmont Reine Élizabeth, s’est donné des air de start-up.

DOSSIER RÉUNIONS ET CONGRÈS. La réouverture du Fairmont Reine Élizabeth complètement rénové et la transformation du club Mount Stephen en hôtel n'ont pas seulement permis de bonifier le paysage hôtelier montréalais en 2017. Ces deux destinations ont mis le paquet pour se hisser au sommet des carnets d'adresses de tous les organisateurs d'événements en ville.


Décidément, il faut oublier l'image d'hôtel traditionnel au Fairmont Reine Élizabeth. En plus d'augmenter ses espaces de réunion de plus de 70 % - on est passé de 50 000 pi2 à 85 000 pi2 -, le plus grand hôtel de l'est du pays a profité de sa cure de rajeunissement de 140 millions de dollars (M$) pour se donner des airs de start-up.


 


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER RÉUNIONS ET CONGRÈS: FAIRE SORTIR LES MILLÉNIAUX


 


Du moins, c'est le cas du troisième étage, qui a été rebaptisé le CoLab 3, le campus d'affaires. Murs de billes, table de ping-pong en guise de table de réunion, tapis en gazon synthétique, balançoires : ce nouvel espace compte 13 salles différentes, de grande et de petite taille, dont les noms s'inspirent du clavier numérique. S'y ajoutent une salle de jeu avec table de billard et baby-foot ainsi qu'une salle de conférence pour 12 personnes qui évoque littéralement le décor de la salle d'opération du film des années 1960 Dr. Strangelove, de Stanley Kubrick. Tout y est, même l'écran géant de 180 degrés.


Cet étage, qui multiplie les lieux de rendez-vous collaboratifs et ludiques, dispose aussi d'une vaste terrasse de 4 000 pi2 qui surplombe le boulevard René-Lévesque. Ce site, assez grand pour recevoir 350 personnes, peut être divisé en trois parties.


Autre coup de génie : l'aménagement du salon Square Victoria au deuxième étage, un espace conçu pour les événements de 200 personnes. Idéal pour les lancements de produits, les vernissages, les salons d'exposants, les cocktails VIP, les réceptions et bien plus, l'endroit propose en permanence un bar et un coin café. Le tout assorti d'une vue unique sur Montréal.


Le champion de tous ces espaces demeure toutefois la nouvelle salle aménagée sur le toit de l'immeuble. Le propriétaire de l'hôtel, Ivanhoé Cambridge, s'est associé avec C2 pour la conception de cette pièce maîtresse. Entièrement vitré, ce nouvel espace pouvant accueillir 220 personnes profite d'une terrasse exclusive.


Par ailleurs, plus de 25 % des nouveaux espaces du «Queenie» pourront être réservés un an à l'avance sans avoir à composer avec un bloc de chambres obligatoire.


Les habitués du Fairmont Or bénéficient désormais d'une réception au 21e étage avec vue sur les gratte-ciel et le fleuve. Les fans de la série Mad Men ne seront pas dépaysés dans ce décor moderne largement inspiré des années 1960. Avertissement aux gens sensibles à la royauté, le portrait de la reine - reproduit à la façon Andy Warhol - se trouve dans plusieurs des 950 chambres de l'hôtel.


Cette «mégarevitalisation» s'avère payante, signale Anne Marie Johns, directrice des ventes et marketing pour les établissements Fairmont de l'est du pays. Le nombre de réservations pour des événements a déjà augmenté de 20 % en comparaison des ventes d'avant la fermeture, indique-t-elle. La demande est si forte que l'équipe des ventes est passée de 30 à 40 personnes. Une augmentation de 33 %, souligne fièrement Mme Johns.


À l’hôtel de luxe Mount Stephen, le toit oblique de la suite royale est entièrement vitré.


Mount Stephen : patrimonial et moderne


En attendant l'ouverture du Four Seasons (qui revient enfin à Montréal après plus de 20 ans d'absence), le quartier Mille carré doré compte un hôtel de luxe de plus : le Mount Stephen.


Plusieurs chuchotent que la rénovation de l'établissement 5 étoiles frôle les 50 M$. Montant que n'a pas voulu nous confirmer le directeur général de l'hôtel, Antoine Naoum. Il souligne néanmoins que la mise à niveau de l'ancienne chambre d'un des fondateurs du Canadien Pacifique, l'homme d'affaires d'origine écossaise George Stephen, aurait coûté 5 M$.


Le propriétaire de l'établissement, le Groupe Tidan, a fait le pari de confier la gestion de son restaurant Bar George et du service événement à une société torontoise, Oliver & Bonacini, qui gère notamment l'excellente table Canoe, située au 54e étage de la tour TD à Toronto. Le menu propose pour le moment des plats d'inspiration écossaise et britannique, un clin d'oeil au tout premier propriétaire de la maison.


Si les petites salles nous plongent dans un décor des années 1880, il en va tout autrement de l'ambiance ultramoderne de la salle de bal de 350 personnes et des 90 chambres de l'hôtel, qui ont été conçues par l'équipe d'architectes Lemay. Fait particulier, les fenêtres de la majorité des chambres sont formées d'une dizaine de carrés plutôt que d'une grande vitre. Et avis aux amateurs de toilettes intelligentes : il y en a dans toutes les chambres.


Enfin, la suite royale, qui fait plus de 5 000 pi2, est la plus grande du genre au centre-ville de Montréal. Elle a déjà accueilli ses premières vedettes internationales, y compris quelques richissimes princes du monde arabe. Malheureusement, M. Naoum ne nous en dira pas plus sur le sujet. Motus et bouche cousue !


Laurentian
Les petites salles du Mount Stephen nous plongent dans un décor des années 1880.


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Charlevoix, la coqueluche des destinations affaires cette année

Édition du 10 Février 2018 | Claudine Hébert

Jamais la saison estivale n'aura démarré si tôt et si fortement dans Charlevoix. Du 27 mai au 10 juin, hôtels, ...

Pour de plus petites réunions dans Charlevoix

Édition du 10 Février 2018 | Claudine Hébert

Plusieurs autres établissements hôteliers de la région accueillent la clientèle affaires. En voici ...

À la une

L'empreinte montréalaise dans Blade Runner 2049

Il n'y a pas que le réalisateur Denis Villeneuve qui a légué une empreinte québécoise au film Blade Runner 2049.

Pourquoi Buffett refuse de dépenser ses 116 milliards de liquidités

BLOGUE. Il voit un obstacle à pratiquement toutes les transactions potentielles.

À la Bourse comme aux Olympiques

Mis à jour à 10:10 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. En Bourse, cela signifie qu’il vaut mieux rester à l’intérieur de son cercle de compétences.