Des humains à l'écoute des robots

Publié le 06/06/2018 à 11:36

Des humains à l'écoute des robots

Publié le 06/06/2018 à 11:36

Par François Normand

DOSSIER USINE 4.0 | À quoi pourrait ressembler l'usine du futur ou l'usine intelligente modèle à la lumière de l'édition 2018 du Hannover Messe ?


« C'est une usine où l'homme fait les choses que lui dictent les robots », affirme Stéphane Agnard, directeur de la R-D et de la performance usinage chez APN Global, l'une des trois entreprises québécoises qui exposaient au kiosque du Québec à Hanovre. L'employé fait des tâches multiples et devient un « mini-superviseur » de la production. « L'idée, c'est d'automatiser la prise de décision, et ce, pour les procédés, les processus et le management », explique-t-il.


Cette PME de Québec, qui fabrique des pièces de précision pour les secteurs de l'aérospatiale, de la défense et des hautes technologies est la seule entreprise à détenir la certification Vitrine 4.0 du gouvernement du Québec. APN commercialise aussi depuis peu le logiciel Meta 4.0 qu'elle a conçu et qui permet aux entreprises d'optimiser leur processus de production.


L'usine intelligente reposera aussi sur l'intelligence artificielle, avec des robots qui apprendront par eux-mêmes, sans que des humains aient besoin de les programmer.


Explorez notre guide pour effectuer le virage de l'Usine 4.0


Par exemple, l'Institut allemand Fraunhofer, la plus importante organisation de recherche appliquée en Europe qui fait des contrats de recherche pour le secteur privé, a développé des robots qui apprennent ce qu'ils doivent faire en fonction du type et de la taille des pièces à leur disposition dans une usine.


La collaboration entre les humains et les robots sera également plus importante dans l'usine du futur, notamment à cause des véhicules à guidage automatique (VGA ou AGV en anglais). Ce sont des robots qui se déplacent seuls dans l'usine afin d'apporter des pièces aux travailleurs. « Cela permet de réduire les coûts de production et d'augmenter la productivité des entreprises », affirme Uwe Eschment, directeur général de Torwegge, une PME allemande qui fabrique des technologies de transport et de manutention.


La réalité augmentée (une interface virtuelle, en 2D ou en 3D, qui vient enrichir la réalité en y superposant des renseignements complémentaires) sera aussi très utile aux entreprises manufacturières, affirment divers spécialistes interviewés au Hannover Messe. Cette technologie permet d'évaluer des options de système à moindre coût et plus rapidement. « C'est aussi plus facile d'obtenir de la rétroaction », confie Masud Fazal-Baqaie, chef de groupe au Fraunhofer-Design de systèmes mécatroniques.



Des start-up allemandes commencent aussi à travailler sur l'optimisation topologique automatisée et intégrée pour la fabrication additive (l'impression 3D). Ces logiciels permettent d'imaginer et de fabriquer très rapidement des pièces très complexes que des ingénieurs mettraient beaucoup de temps à concevoir avec des essais et des erreurs. À terme, cette technologie pourrait permettre aux entreprises d'accroître leur capacité d'innover tout en réduisant leurs coûts.


La technologie du digital twin (ou jumeau numérique) est aussi très prometteuse pour les entreprises manufacturières du Québec, estime Louis J. Duhamel, un spécialiste du secteur manufacturier et conseiller stratégique chez Deloitte, à Montréal.



Grâce à cette technologie, il est possible de répliquer un actif existant ou un projet d'actif, comme une usine à part entière, dont on peut modifier la configuration ou la disposition de la chaîne de production. Selon Louis J. Duhamel, cette technologie favorise l'innovation et la prise de risque. « Avec le digital twin, on peut faire des erreurs, on peut tester des choses à moindre coût », dit-il.


Approvisionnement et commercialisation plus efficaces


Les technologies liées au manufacturier 4.0 permettent aussi d'améliorer l'efficacité de la chaîne d'approvisionnement des entreprises, souligne Stefan Krawinkel, responsable de la transformation numérique chez Volkswagen.


À son usine de Wolfbourg, le constructeur automobile travaille sur un système automatisé et intelligent afin d'accroître la fluidité du déchargement des composants et des pièces servant à fabriquer les voitures. « Cela permet d'optimiser nos coûts de fret », dit-il lors de la visite de l'usine de Wolfbourg.


Ainsi, quand un camion arrive sur le quai de déchargement, une grande porte latérale s'ouvre sur le côté du véhicule. Un robot muni d'une caméra peut sortir par lui-même les composants ou les pièces qui seront ensuite acheminés sur la chaîne de production.


Il va sans dire que ce type de système nécessite la collaboration des fournisseurs de Volkswagen afin de préparer en amont le camion pour les robots. Mais, en fait, ils n'ont pas le choix s'ils veulent continuer à faire des affaires avec Volkswagen, selon Stefan Krawinkel.


Lisez aussi Le virage 4.0, un pas à la fois


Les nouvelles technologies permettent aussi aux entreprises manufacturières d'offrir des solutions plus efficaces et d'offrir davantage de valeur ajoutée à leurs clients; le fabricant de matériel agricole Claas en est un bel exemple.


La multinationale allemande fabrique des tracteurs intelligents qui permettent de faire du e-farming. « Les cockpits de nos tracteurs sont munis de système électroniques connectés », explique Philip Vospeter, directeur de la transformation numérique chez Claas, lors d'une présentation au siège social de l'entreprise, à Harsewinkel.


Ainsi, les agriculteurs peuvent utiliser toutes les données fournies par des satellites, des drones ou des senseurs installés dans le sol afin d'optimiser leur rendement agricole, en arrosant par exemple de manière optimale au mètre près dans les champs.


Selon Claas, l'utilisation de ces technologies permet aux agriculteurs de réduire les pertes et d'augmenter la productivité. Bref, de faire plus avec moins, ce qui permet aussi d'augmenter la rentabilité des entreprises agricoles.


Les travailleurs devront se réinventer


La quatrième révolution industrielle est en train de transformer la vie des entreprises manufacturières dans les pays industrialisés. Il va sans dire que ces nouvelles technologies ont et auront un impact majeur sur l'emploi.


En Allemagne, l'industrie 4.0 aura un impact sur l'ensemble de la société, affirme Claudia Grüne, gestionnaire en investissement chez GTAI. « L'environnement de travail changera fondamentalement, et le défi sera de préparer tous les employés - également avec la formation continue - pour ce nouveau monde industriel. C'est l'une des tâches majeures dans la mise en oeuvre de l'industrie 4.0 », dit-elle.


En fait, d'ici 2025, tous les emplois manufacturiers seront touchés en Allemagne, et la nature même des emplois connaîtra une transformation majeure, souligne une étude de l'Institute for Employment Research, qui relève du ministère allemand de l'Emploi.


Lisez Un audit pour mesurer la maturité numérique d'une entreprise


Chose certaine, les entreprises et les travailleurs devront s'adapter, car nous ne sommes qu'au début de la quatrième révolution industrielle, affirment les spécialistes.


L'industrie québécoise ressentira aussi cette onde de choc et elle n'aura pas le choix de s'adapter, estime Martin Dupont, directeur général de la Société de développement économique de Drummondville. « Les entreprises manufacturières qui ne deviendront pas 4.0 sont appelées à disparaître », affirme ce spécialiste en développement économique qui souhaite amener une délégation d'entreprises de Drummondville au Hannover Messe l'année prochaine.


Même son de cloche du côté de Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain : « Notre objectif, à la Chambre, c'est d'amener nos entreprises du Québec à être plus conscientisées à ce qui se passe ici, au Hannover Messe. »


 


(Re)lisez Ce que les Allemandes ont de plus


 


*Notre journaliste s'est rendu en Allemagne invité par Investissement Québec, mais l'organisme n'a ni orienté, lu ou approuvé notre reportage.


 


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une

Tesla: les ennuis s'accumulent, le patron se confie

Il y a 57 minutes | AFP

Elon Musk s'est longuement confié au New York Times sur son état d'«épuisement» et de stress.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour à 08:07 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Elon Musk dit avoir traversé la pire année de sa carrière; les marchés boursiers vers une ouverture en baisse.

Tesla Canada poursuit le gouvernement de l'Ontario

Tesla conteste la décision du gouvernement de Rob Ford d'éliminer les subventions à l'achat de véhicules électriques.