Des punaises de lit qui pompent votre portefeuille

Publié le 08/04/2016 à 10:00

Des punaises de lit qui pompent votre portefeuille

Publié le 08/04/2016 à 10:00

On les croyait disparues, exterminées à coup d’insecticides aussi puissants que toxiques. Mais, ces dernières années, les punaises de lit ont opéré un retour fracassant au Québec comme dans le reste de l’Amérique du Nord. Le nombre de cas, enregistrés par la Ville de Montréal, a augmenté de 75% entre 2011 et 2015. 


Faisant preuve d’une grande adaptation et capables de se reproduire à grande vitesse, ces insectes ultraplats se nourrissent du sang des êtres humains qu’ils piquent lorsqu’ils dorment. Si les morsures ne laissent aucune trace chez certaines personnes, d’autres souffrent de réactions allergiques et de démangeaisons importantes. Si le sommeil est éprouvé en cas d’invasion de son logement par des punaises de lit, le portefeuille en souffre aussi.


Des traitements onéreux


Plutôt que d’essayer de s’attaquer soi-même au problème, il vaut mieux faire appel à un exterminateur professionnel. « Beaucoup de gens sous-estiment la difficulté de se débarrasser des punaises de lit, estime Alexis Prud’homme, trésorier de l’Association québécoise de la gestion parasitaire et président d’ABC Gestion Parasitaire. Trop d’interventions sont mal faites. Il faut agir de la bonne façon pour ne pas disperser les punaises.  


La plupart des exterminateurs utilisent des pesticides. Des traitements qui reviennent, en moyenne, à entre 100 et 125 dollars par pièce. « Cela peut être plus cher selon le degré d’encombrement du logement », indique-t-il. Quelques compagnies ont recours à la vapeur pour tuer les punaises de lit. Une méthode plus radicale et plus écologique mais qui s’avère aussi plus coûteuse. Il faut compter de 2000$ à 3 000$ pour traiter une maison unifamiliale.


Des frais annexes à prévoir


À ces frais, s’ajoute l’ensachage de chaque matelas et sommier dans une housse hermétique permettant de piéger les punaises de lit qui pourraient survivre aux traitements. Ces insectes étant capables de vivre plusieurs mois sans se nourrir, investir dans une housse solide est donc indispensable afin qu’elle ne se déchire pas au bout de quelques semaines. Comptez au minimum 200 dollars pour recouvrir le matelas et le sommier d’un lit deux places et une cinquantaine de dollars supplémentaires pour les oreillers. Cette opération empêchera également les punaises d’envahir à nouveau la literie en cas de nouvelle colonisation.


L’impact psychologique d’une invasion de punaises de lit est souvent fort. Si bien que les personnes touchées préfèrent parfois jeter leur matelas, leur sommier et même leur lit sur lesquels les punaises ont laissé des petites tâches noires. Dans ce cas, en racheter des neufs fait encore plus gonfler la facture!


Autre action indispensable pour éliminer les punaises de lit : laver et sécher tous ses vêtements ainsi que tous ses draps, oreillers et couettes à haute température. Pour des raisons logistiques, un passage par la laverie peut s’imposer et venir augmenter le coût d’environ 100 dollars par personne selon la quantité d’affaires possédées.


Aucune assurance


En tout, certaines familles se retrouvent donc à débourser plusieurs milliers de dollars pour dire adieu aux punaises de lit. Des frais qui pèsent d’autant sur leurs finances que les assurances ne sont d’aucun secours. « Beaucoup de gens pensent être couverts mais non, explique Charles-Antoine Carra, directeur des services aux particuliers chez Lareau Courtiers d’assurance. Les contrats d’assurances excluent la vermine et les insectes nuisibles. Ni l’éradication et ni les dommages ne sont pris en charge. »


Idem pour les propriétaires d’immeubles pour qui une invasion de punaises peut pourtant tourner au cauchemar financier. Les punaises de lit pouvant passer d’un appartement à l’autre, plusieurs logements sont souvent à traiter. Et, quand les locataires refusent de collaborer en désencombrant leur intérieur ou en traitant leurs affaires à haute température, faire revenir plusieurs fois l’exterminateur devient indispensable. « Parfois, des locataires décident de partir avant la fin de leur bail et les appartements restent vides plusieurs mois, précise Martin Messier, président de l’Association des propriétaires du Québec. Et, une invasion de punaises de lit peut aussi faire échouer la vente d’un immeuble. »


 

À suivre dans cette section


image

Sécurité alimentaire

Mardi 13 novembre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Endettement: opération (marketing) réussie

12/10/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Comment se mettre sur la carte en jouant sur la corde de l’endettement. Petite leçon de mise en marché.

Cette réalité oubliée (et dure) de la retraite

09/10/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Le travail est l’activité la moins chère qui soit. Qu’est-ce qu’il en coûte pour combler 40 heures libérées?

À la une

La vulnérabilité en temps de crise de leadership

14/10/2018 | Federico Puebla

BLOGUE INVITÉ. Bien canalisée, la vulnérabilité peut même rendre des équipes plus performantes et innovantes.

La dette écologique expliquée à ma fille

13/10/2018 | François Normand

Planète inc. est en difficulté écologique, car ses dépenses augmentent toujours alors que ses revenus sont stables.

Miser sur le pétrole canadien est-il un bon pari?

BLOGUE. La chute dramatique du cours du pétrole canadien réveille le réflexe à contre-courant des financiers.