Les joies et les peines d’être propriétaire ou locataire

Offert par Les affaires plus


Édition de Mai 2018

Les joies et les peines d’être propriétaire ou locataire

Offert par Les affaires plus


Édition de Mai 2018

[Illustration : Camille Charbonneau]

Je possède ma maison


Avantages


• Offre abondante de propriétés neuves ou usagées sur le marché, autant en ville qu’en banlieue.


• Maître chez soi (du moins, dans le cas d’une maison unifamiliale). On peut rénover pour mettre son foyer à son goût.


• Possibilité de profiter de l’appréciation du marché à long terme.


• Le gain en capital (la différence entre le prix d’achat et le prix de vente) n’est pas imposable sur une résidence principale.


• En remboursant le capital de l’hypothèque, on fait de l’épargne forcée.


Inconvénients


• Important coût d’entretien, composé de dépenses récurrentes (pelouse, déneigement) et ponctuelles (fissure dans la fondation).


• Nombreux frais à l’acquisition : taxe de Bienvenue, frais de notaire et prime de l’assurance prêt hypothécaire si mise de fond inférieure à 20 % du prix d’achat.


• Impossibilité de connaître les taux d’intérêt des prêts hypothécaires à long terme.


• Les frais de copropriété peuvent réserver des surprises.


• Moins de mobilité.


• Aucun contrôle sur l’augmentation des taxes foncière et scolaire.


• Frais d’assurance plus élevés.


Je loue ma maison


Avantages


• Augmentation des loyers dépasse rarement l’inflation.


• Pas de dépôt à faire en signant un bail.


• Aucune responsabilité à l’égard de la propriété. Tranquillité d’esprit et davantage de temps libre.


• Plus grande flexibilité. On quitte son logement sans frais à la fin du bail.


• Facile à budgéter. De plus en plus de complexes locatifs incluent l’eau chaude, le chauffage, l’électricité, l’Internet, les électroménagers, etc. dans le loyer.


• Faible risque de mauvaises surprises grevant le budget (par exemple, un toit qui coule).


• Possibilité de trouver des appartements meublés ou ­semi-meublés.


Inconvénients


• On n’est jamais totalement à l’abri d’une reprise de logement dans un petit immeuble locatif.


• On ne profite pas de l’appréciation du marché immobilier.


• On n’est pas maître chez soi. Difficile d’adapter sa maison en fonction de ses besoins, par exemple en agrandissant la salle de bains.


 


 


 

À suivre dans cette section


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une: à quoi sert votre entreprise?

Édition du 23 Février 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, faites croître votre... mission!

Immobilier: de la croissance dans les régions du Québec

19/02/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. L'immobilier a progressé dans la majorité des régions du Québec en 2018, malgré une remontée des taux.

À la une

L'intelligence artificielle va rendre le système de santé méconnaissable... et c'est tant mieux

BLOGUE. «On doit sortir du modèle d’hospice pour entrer dans un modèle plus personnalisé.»

Les ventes de Loblaw déçoivent, l'action perd 5%

Il y a 28 minutes | Dominique Beauchamp

Après l'effet de l'inflation, les ventes par magasin comparable de Loblaw reculent de 0,2%.

À surveiller: Savaria, Uni-Sélect et Stelco

Que faire avec les titres de Savaria, Uni-Sélect et Stelco?