5 règles de bon sens financier

Publié le 13/09/2017 à 16:30

5 règles de bon sens financier

Publié le 13/09/2017 à 16:30

Par lesaffaires.com

«Les finances personnelles sont nettement plus importantes que la gestion de portefeuilles», aime répéter Ben Carlson… gestionnaire de portefeuille.


L’auteur du blogue américain «A Wealth of Common Sense» s’est ainsi promis d’écrire davantage sur le sujet en 2017. Pour mettre en pratique rapidement cette bonne résolution, Carlson a commencé par énumérer des règles simples et efficaces selon lui.


1. Le salaire ne fait pas la richesse.


«C’est incroyable le nombre de personnes qui ne perçoivent pas cette simple vérité», note l’auteur. Toucher chaque mois une paie élevée ne rend pas automatiquement riche. Tout comme être rémunéré plus modestement ne fait pas forcément de vous quelqu’un de pauvre. «Tout ce qui compte c’est la proportion que vous mettez de côté de de votre salaire». Vos économies personnelles doivent alors suivre ce principe qui veut qu’elles valent plus que vos investissements. «Payez-vous en premier avant de placer de l’argent». La meilleure décision d’investissement consisterait alors à vous imposer un taux élevé d’épargne. Ce qui procure une énorme marge de sécurité financière.


2. Éviter les dettes sur votre carte de crédit comme la peste.


«Il faut vivre en dessous de ses moyens, pas à la hauteur de ses moyens», insiste le gestionnaire-blogueur. La seule voie pour s’émanciper face à l’argent se résumerait ainsi à la règle de ne pas épuiser ses capacités financières. Toutefois, les crédits demeurent essentiels. «Les plus grandes dépenses au cours de la vie seront les intérêts à honorer pour un emprunt hypothécaire, un crédit étudiant, l’achat d’une voiture», concède Carlson.


3. Aller à l’essentiel.


Pour quiconque veut contrôler ses finances, il est nécessaire de comprendre ses habitudes de consommation. De cartographier les dépenses et de les diminuer sur tous les postes non vitaux. S’imposer de la rigueur n’est un mode de vie dont personne ne rêve, «mais c’est comme ça qu’on construit sa fortune.» Et si les experts en finances personnelles adorent débattre du café acheté au Tim Hortons du coin de la rue chaque matin ou de la boîte à casse-croûte, Ben Carlson s’intéresse surtout aux gros achats. S’il a un conseil à ce propos, c’est de ne pas s’éterniser sur le paiement de ces achats.


4. Automatiser au maximum.


Une excellente façon d’éviter les intérêts de retard, de se simplifier l’existence, repose sur l’automatisation des tâches. «Cela me prend une bonne heure par mois pour vérifier que tout est sous contrôle parce que tout est en mode pilote automatique», précise le gestionnaire.


5. Épargner un peu plus chaque année.


L’astuce consiste à augmenter votre taux d’épargne à chaque augmentation au travail, par exemple. Et la stratégie d’enrichissement demeurera incomplète si vous ne faites rien pour améliorer votre carrière professionnelle. «Trop de gens sont englués dans cet état d’esprit voulant qu’ils ne peuvent pas trouver de meilleur emploi, prendre plus de responsabilités ou gagner un salaire plus élevé. C’est insensé», assure le blogueur. D’ailleurs, selon lui, personne ne devrait penser à la retraite, mais chacun d’entre nous devrait viser l’indépendance financière. «L’objectif ne devrait pas être de tout mettre en œuvre pour pouvoir se retirer au soleil. Mais plutôt d’atteindre un niveau où on n’a plus à s’inquiéter de l’argent», affirme Carlson.


Et de conclure cet inventaire d’enfonçages de portes ouvertes sur un point : «On peut ne pas partager certaines de ces idées, mais on ne doit pas oublier que les finances personnelles restent personnelles.» À discuter.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

À la une

Et si Trump était réélu en 2020?

23/06/2018 | François Normand

ANALYSE - On sous-estime les appuis du président et on surestime la capacité des démocrates de rebondir.

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...