Tesla crée une société en Chine, sur fond d'ouverture de l'industrie automobile

Publié le 14/05/2018 à 08:36

Tesla crée une société en Chine, sur fond d'ouverture de l'industrie automobile

Publié le 14/05/2018 à 08:36

Par AFP

Tesla a créé à Shanghai une société spécialisée dans la conception de nouveaux véhicules, alors que le groupe américain pourrait profiter de la levée de certaines restrictions chinoises sur les constructeurs étrangers pour ouvrir une usine sur ce marché crucial.


La filiale hongkongaise du groupe californien a inscrit le 10 mai la société «Tesla (Shanghai) Limited», dont elle est l'unique actionnaire, au registre national des entreprises, qui a été consulté lundi par l'AFP.


Les activités de cette nouvelle société, dotée d'un capital de 100 millions de yuans (20 millions $CA), comprennent le développement de technologies, l'importation et l'exportation de véhicules électriques et de composants --mais pas la production de voitures.


Tesla est déjà présent en Chine, le premier marché automobile mondial, où il importe des véhicules depuis les Etats-Unis et où il possède de luxueux espaces commerciaux. C'est l'un des principaux marchés de l'entreprise.


L'emblématique patron de Tesla, Elon Musk, avait assuré début mai que le groupe dévoilerait prochainement le lieu où serait construite en Chine la seconde usine de batteries géante... tout en précisant que les usines de batteries auront, à l'avenir, vocation «à produire également des voitures».


La création de cette société Tesla à Shanghai intervient alors que la Chine a promis de lever d'ici cinq ans des restrictions empêchant des constructeurs étrangers de contrôler leurs coentreprises en Chine.


Pour l'heure, toute multinationale désirant produire des automobiles en Chine doit créer avec un partenaire local une coentreprise dont elle ne peut posséder plus de 50%. Ce plafond sera supprimé d'ici 2022 pour la production de voitures individuelles.


Et il sera levé dès cette année pour la production de véhicules électriques ou hybrides, avait annoncé Pékin en avril.


Des constructeurs encore dépourvus d'usines sur place et sans engagements avec un partenaire local, à l'instar de Tesla, pourraient tirer leur épingle du jeu.


Même si, étant donné les volumes limités commercialisés par Tesla, il pourrait avoir malgré tout intérêt à s'associer à un groupe chinois pour partager l'usage des coûteuses infrastructures de production, selon des observateurs du secteur.


Tesla traverse un moment de vérité en raison de retards importants sur la production du Model 3. Le groupe a subi un déficit d'un milliard de dollars dans sa trésorerie au premier trimestre.


Il pourrait voir ses exportations vers la Chine revigorées, si le géant asiatique concrétise sa promesse de baisser "significativement" cette année ses droits de douane, actuellement très élevés, sur les voitures importées --engagement dévoilé en avril par le président Xi Jinping.


Dopées par le vigoureux soutien des autorités, les ventes chinoises de voitures électriques ou hybrides ont bondi de 53% l'an dernier. Elles ne constituent cependant qu'une goutte d'eau dans un marché automobile colossal.

À suivre dans cette section


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Le libre-échange Canada-Chine est-il encore possible?

16/10/2018 | François Normand

Ottawa est pris entre l'arbre et l'écorce en raison de la nouvelle politique commerciale américaine hostile à la Chine.

La Chine creuse son écart commercial avec les États Unis

Les exportations chinoises vers le marché américain ne semblent pas souffrir des tarifs douaniers.

À la une

La montée des inégalités est un (mauvais) choix de société (2)

20/10/2018 | François Normand

ANALYSE - Les entreprises doivent mieux partager la richesse, selon des patrons. C'est bien, mais il faut en faire plus.

C'est le temps de penser à votre planification de fin d'année

C'est le moment d'examiner vos finances et de profiter des possibilités de planification fiscale avant le 31 décembre.

Après les Panama papers, les banques françaises encore épinglées

19/10/2018 | AFP

Trois banques françaises sont à nouveau épinglées par des révélations de presse sur un scandale d'optimisation fiscale.