La dette des ménages canadiens atteint 169,1% au 2e trimestre

Publié le 14/09/2018 à 10:29

La dette des ménages canadiens atteint 169,1% au 2e trimestre

Publié le 14/09/2018 à 10:29

Par La Presse Canadienne

La dette contractée sur le marché du crédit par rapport au revenu disponible des ménages canadiens a augmenté à 169,1 % au deuxième trimestre, a révélé vendredi Statistique Canada.


Autrement dit, il y avait 1,69 $ de dette sur le marché du crédit pour chaque dollar de revenu disponible des ménages, a précisé l’agence fédérale.


À titre comparatif, la dette se chiffrait à 168,3 % au premier trimestre de cette année et à 169,7 % au deuxième trimestre de l’an dernier.


Sur une base désaisonnalisée, les emprunts totaux sur le marché du crédit ont ralenti pour un deuxième trimestre de suite, les ménages ayant contracté des emprunts de 19,6 milliards $, en baisse par rapport aux 22,2 milliards $ empruntés au trimestre précédent.


La dette des ménages sur le marché du crédit (crédit à la consommation, prêts hypothécaires et prêts non hypothécaires) s’est élevée à 2166 milliards $ au deuxième trimestre.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?

Que nous réservent les 10 prochaines années en Bourse?

BLOGUE INVITÉ. Nous sommes d’avis que les marchés boursiers offriront des rendements intéressants, mais plus modestes.

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.