Le pétrole remonte malgré un rapport de l'AIE pessimiste

Publié le 12/10/2018 à 06:38

Le pétrole remonte malgré un rapport de l'AIE pessimiste

Publié le 12/10/2018 à 06:38

Par AFP

Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d’échanges européens, mais restaient en forte baisse sur la semaine alors que l’Agence internationale de l’Énergie (AIE) a à son tour misé sur une croissance de la demande moins forte que prévu.


Vers 06H00, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 80,87 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 61 cents par rapport à la clôture de jeudi.


Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de « light sweet crude » (WTI) pour le contrat de novembre prenait 65 cents à 71,62 dollars.


Les cours du brut, qui avaient atteint en début de mois leurs plus hauts en quatre ans, ont encaissé des pertes marquées sur la semaine alors que les signaux négatifs sur la demande s’enchaînaient.


L’AIE a ainsi estimé vendredi que la croissance de la demande serait moins forte que prévu (- 110 000 barils par jour à 1,3 million de barils par jour en 2018).


L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avait également revu la croissance de la demande à la baisse dans son rapport mensuel jeudi.


« Ces chiffres seraient l’occasion pour l’Arabie saoudite (premier exportateur mondial) de dire que tout est sous contrôle et qu’une augmentation de la production n’est pas nécessaire si la demande n’est pas là », a commenté Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.


Mais selon lui, la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul, qui a déclenché des critiques de Washington, pourrait changer le ton adopté par le Royaume.


« L’Arabie saoudite a particulièrement besoin du soutien de la Maison-Blanche, et ne peut pas se permettre de déplaire au président américain, qui réclame des prix du pétrole plus bas », a ajouté M. Jakob.


Le président Donald Trump s’est en effet récemment emporté contre l’OPEP, dont l’Arabie saoudite est la figure de proue, alors que le coût élevé de l’essence aux États-Unis pourrait peser sur les élections législatives qui auront lieu début novembre.


 


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Et si, cette fois-ci, c'était différent ?

Édition du 08 Décembre 2018 | Michel Villa

EXPERT-INVITÉ. De manière générale, après l'éclatement d'une bulle spéculative, nous avons l'impression ...

«Enbridge est sur une bonne lancée»

Édition du 08 Décembre 2018 | Stéphane Rolland

STÉPHANE ROLLAND - De manière générale, comment percevez-vous les marchés en ce moment ?SYLVAIN BRISEBOIS - On ...

À la une

Comment les gilets jaunes pourraient changer la France

14/12/2018 | François Normand

ANALYSE - Les gilets jaunes sont le symptôme d'un malaise profond. Et cela va bien au-delà du pouvoir d'achat.

Bourse : les gagnants et perdants de la semaine

14/12/2018 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont le plus marqué la semaine? Facebook, Lululemon, Bombardier et... un producteur de mari.

10 choses à savoir cette fin de semaine

15/12/2018 | Alain McKenna

Le nombre de fumeurs aux États-Unis atteint un creux historique, 127 pays comptent bannir le plastique jetable...