10 choses à savoir vendredi

Publié le 13/04/2018 à 08:00

10 choses à savoir vendredi

Publié le 13/04/2018 à 08:00

Par Alain McKenna

Écrivez comme Leonard Cohen, des grillons dans les hot-dogs Maple Leaf, payer pour Google et Facebook et d'autres nouvelles à lire en ce vendredi 13 avril.


1- Voici comment vous pourriez écrire exactement comme Leonard Cohen. Le fantôme du populaire chanteur veille toujours sur sa ville natale, mais on doute qu’on trouvera un jour un artiste à la voix et à la plume comparables aux siennes. En revanche, pour trouver quelqu’un qui partage la même calligraphie, ça, pas de problème : le site web Songwriters Fonts offre aux internautes intéressés des polices reproduisant l’écriture des plus grands artistes des dernières décennies. Comme l’a découvert The Next Web, ça va de Cohen à John Lennon, en passant par David Bowie. «Écrivez des chansons comme ceux qui vous inspirent», dit le site. Vous avez maintenant la bonne écriture. Avez-vous le talent?


cohen


2- Des grillons dans les saucisses à hot-dog Maple Leaf? Ce ne serait pas impossible, si on se fie à la participation de Maple Leaf Foods dans Entomo Farms, le plus grand producteur d’insectes destinés à la consommation humaine. L’entreprise ontarienne propose d’ailleurs sur son site des recettes de muffins aux bleuets et grillons. Maple Leaf n’a pas précisé dans quel produit elle comptait ajouter cet ingrédient riche en protéines, mais ça suit une tendance forte en Amérique du Nord, à l’heure actuelle. Loblaw’s a déjà intégré de la poudre de grillon dans certains de ses produits Choix du président. «Cet investissement cadre avec notre vision d’être le producteur d'aliments protéinés le plus écologique sur la planète», a déclaré Michael McCain, PDG de Maple Leaf Foods, à Bloomberg.


dog


3- Après 97 ans à vendre des burgers, cette iconique chaîne de restauration rapide se tourne vers la viande végétale. La chaîne américaine White Castle est peu connue chez nous mais son rôle dans la culture américaine est incontestable. Ses mini-hamburgers ont déjà été qualifiés «du burger le plus influent de tous les temps» par le Time. Bref, quand cette chaîne annonce qu’elle offrira désormais un mini-burger dont la boulette sera de source entièrement végétale, c’est gros. Surtout pour Impossible Foods, qui fournira la viande végétale au cœur de ce nouveau plat. «C’est la preuve que ce type de viande est accessible et abordable», dit David Lee, directeur des opérations d’Impossible Foods, à Fortune.


burg


4- Uber permet désormais de carrément louer la voiture d’autres utilisateurs. Le service d’autopartage passe au niveau suivant, à San Francisco du moins. Une entente avec la société Getaround permettra plus tard ce mois-ci à ses utilisateurs de trouver, puis de louer la voiture d’un particulier à même l’application d’Uber. Uber Rent, comme s’appelle cette nouvelle offre, est une corde de plus à l’arc de la société californienne, qui poursuit sa diversification. Plus tôt cette semaine, Uber a notamment annoncé qu’elle comptait offrir des vélos électriques en libre-service. «Les besoins en transport de la plupart d’entre nous seront comblés par cette combinaison de voitures et de vélos partagés», assure Sam Zaid, cofondateur de Getaround, à Quartz.


uber


5- Le chiffre du jour : 1080 mètres (la longueur de la première autoroute solaire chinoise). En troquant l’asphalte de cette route pour des panneaux solaires protégés par un matériau à la fois robuste et transparent, la ville de Jinanm dans l'est de la Chine, compte générer assez d’électricité pour alimenter les 800 maisons d’un quartier situé tout près, en plus d’illuminer ce tronçon d’autoroute de façon entièrement autonome, une fois la nuit venue, explique Bloomberg.


sol


6- Wall Street vacille avant l'ouverture, vendredi. Les indices pointent vers une ouverture en dents de scie autour du point neutre, terminant une semaine somme toute positive pour les marchés américains. Les investisseurs attendent par ailleurs les résultats trimestriels de trois grandes banques américaines incluant JPMorgan Chase. Dans notre revue boursière complète, il est aussi question de résultats pour Marché Goodfood, pour Cogeco ainsi que pour le Groupe ADF.


7- L’idée de faire payer pour un Google et un Facebook sans publicité fait son chemin. La question de la vie privée revient à l’avant-scène ces jours-ci, grâce à l’affaire Cambridge Analytica. Un autre enjeu est soulevé par cette histoire impliquant Facebook qui touche l'ensemble du web : l’idée que ces services et plateformes devraient être accessibles tout à fait gratuitement. «On ne peut se fier à un système qui ne permet aux gens de communiquer entre eux qu’en échange d’un financement de sociétés qui cherchent à les manipuler», explique Jaron Lanier, un chercheur et vétéran informaticien bien connu, à Fast Company. La solution, selon lui? Un modèle par abonnement, comme la télé payante. «Ça semble avoir plutôt bien marché pour Netflix», remarque-t-il…


ted


8- Nationaliser les agences de rencontre ferait-il monter le taux de natalité? C’est non seulement la question, mais aussi la réponse proposée par Taïwan, qui souhaite ardemment rajeunir sa population. Depuis le début de l’année, il meurt plus de gens qu’il en nait, sur l’îlem et ça inquiète. La solution adoptée consistera à organiser une série d’événements de rencontres, afin d’inciter les gens parmi ses 24 millions d’habitants qui vivent seuls à trouver l’âme-sœur. «On veut que les célibataires se rencontrent», dit le responsable du département des affaires civiles, à Bloomberg.


9- Le premier «hôtel spatial de luxe» ouvrira en 2022. Ça fait quelque temps qu’on entend parler de projets d’hôtels orbitaux, et on a maintenant une date. Le premier du genre sera envoyé dans l’espace en 2021 par la société texane Orion Span, et a déjà un nom : Aurora Station. Un séjour à cet hôtel sera pas donné, un dépôt initial de 80000$US étant exigé, et pour la durée proposée de 12 jours, le coût total par personne s’élève à 9,5 millions $US, selon le site Zerohedge.




10- Si on se fie à ces prototypes, l’usine de demain aura l’air d’un zoo de robots-animaux. La société allemande Festo a mis au point une chauve-souris et une araignée tous deux robotisées, qui illustrent le genre de «robots bioniques» qu’elle propose au milieu scolaire en Europe et aux États-Unis. L’idée est d’intéresser les étudiants du secondaire à la bionique, et de les inciter à concevoir des «robots poissons», des «pinces caméléons» et autres «trompes d’éléphant» qui pourraient devenir l’équipement industriel de demain.






Sources: Bloomberg, Fast Company, Fortune, Les Affaires, Quartz, The Next Web, Youtube, Zerohedge.


Suivez-moi sur Twitter:





Suivez-moi sur Facebook:



NDLR: L'article des «10 Choses à savoir» reste un exercice de revue de presse. Les avis et opinions qui y sont rapportés ne reflètent pas nécessairement ceux et celles de la rédaction de Les Affaires.



 

À suivre dans cette section


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

10 choses à savoir vendredi

20/07/2018 | Alain McKenna

L'Internet disparaîtra dans 15 ans, offre d'emploi: ninja à 110000$/an, ce vélo montréalais carbure à l'optimisme!

10 choses à savoir jeudi

19/07/2018 | Alain McKenna

Les bières Molson sont plus vertes, Walmart veut son propre Netflix. Les roues de cette valise chargeront votre iPhone!

À la une

Des données «portables» pour les internautes

20/07/2018 | AFP

Des géants de la tech, dont Facebook, promettent de faciliter la portabilité des données

Le Club Med «made in Quebec» porte maintenant un nom

20/07/2018 | Catherine Charron

Dites bonjour au Club Med Québec Charlevoix.

Le Japon renoue avec le blé canadien

Le Japon avait interrompu ses importations après la découverte de blé génétiquement modifié et non autorisé en Alberta.