Anticiper le marché boursier: cinq obstacles à surmonter

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Janvier 2018

Anticiper le marché boursier: cinq obstacles à surmonter

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Janvier 2018

Depuis aussi longtemps que la Bourse existe, des investisseurs tentent d'anticiper le marché (ou faire du market timing). Quand est-il temps de se retirer du marché ou d'y investir davantage ? Pareille décision relève-t-elle de la science ou plutôt de la chance ?


Selon Vanguard, l'investisseur doit surmonter cinq obstacles pour anticiper le marché. La probabilité qu'il y parvienne existe, mais elle est faible*.


1er obstacle


L'investisseur peut analyser une multitude d'indicateurs, mais des recherches concluent que ce sont les stratégies basées sur le ratio cours/bénéfice de Shiller (qui est corrigé des variations cycliques) sur 10 ans qui est le plus fiable. Son taux de succès ? Moins de 50 %. À court terme, les autres ratios et techniques d'analyse sont encore moins utiles, ce qui rend périlleuse l'entrée ou la sortie du marché au moment optimal.


2e obstacle


S'il est difficile de savoir quand sortir du marché, il l'est tout autant de savoir quand y revenir. Par exemple, depuis le creux de la grande crise financière, le 9 mars 2009, jusqu'à la fin 2016, l'indice des actions canadiennes S&P TSX Composite a doublé. Souvent, les investisseurs attendent des signaux clairs pour avoir suffisamment confiance dans la reprise du marché. Quand ils se décident à déployer à nouveau leur capital en Bourse, une partie de l'élan positif est déjà derrière eux et ils ont manqué le bateau.


3e obstacle


Même sur une période aussi longue que celle de juillet 1979 à la fin 2016, le succès ne se mesure pas en nombre d'années, mais de jours. Pendant ces 9 505 journées durant lesquelles les actions canadiennes ont été transigées, le rendement moyen annuel de l'indice S&P TSX Composite a été de 6,35 % (dividendes exclus). L'investisseur qui a manqué les 20 meilleures journées n'a obtenu que 3 %. À l'opposé, celui qui a évité les 20 pires journées a eu un rendement moyen de 11 % par année : presque le double (voir tableau 1). Pour réaliser cela, l'investisseur doit avoir pris les bonnes décisions chaque fois qu'il devait transiger pendant plus de 38 ans... N'est-il pas impressionnant de constater que les 20 meilleures et les 20 pires journées de cette longue période, soit moins de un demi-pour cent des séances de négociation, ont eu un tel impact sur le rendement moyen ?


4e obstacle


Durant la période analysée, les meilleures journées succèdent aux pires et tendent à survenir dans un bref intervalle de temps en période de volatilité extrême. Par exemple, 70 % des 20 meilleures séances de négociation sont survenues à 10 jours ou moins des 20 pires journées. Alors que des investisseurs pensent qu'une séance baissière en annonce d'autres, c'est souvent le contraire qui se produit. Tout cela rend encore plus improbable le succès qu'on puisse espérer en anticipant les marchés.


5e obstacle


Les coûts implicites d'exécution des transactions tendent à augmenter en période de haute volatilité. Par exemple, les écarts entre le prix demandé et le prix offert. Quant aux coûts explicites, les commissions par exemple, ils réduisent d'autant votre rendement.


 



Quand devriez-vous modifier votre répartition de l'actif ?


Selon Vanguard, la nature cumulative de ces cinq obstacles fait en sorte qu'il est difficile pour n'importe qui d'anticiper le marché, surtout à court terme. Bien que le ratio sur 10 ans de Shiller puisse aider à évaluer le marché, vous avez plutôt avantage à modifier progressivement votre répartition de l'actif selon l'évolution de votre tolérance au risque, les événements qui surviennent dans votre vie et vos objectifs de placement.


*Source : Todd Schlanger, Cinq raisons pour lesquelles il est difficile d'anticiper le marché, Vanguard Canada, 28 août 2017



Hélène Gagné, F.Adm.A., est gestionnaire de portefeuille chez Gestion privée PEAK (une division de Valeurs mobilières PEAK), ainsi que planificatrice financière et conseillère en sécurité financière chez Gagné, Morin & Associés M.T.L. 

À suivre dans cette section


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

«­Le cycle d’expansion mûrit. Il reste à s’y adapter», selon ­Michael ­Ryan, chef des investissements pour les ­Amériques, UBS ­Global ­Wealth ­Management

Édition du 09 Février 2019 | Dominique Beauchamp

MARCHÉ EN ACTION. La confluence du conflit commercial, du shutdown américain et du retrait des liquidités...

Bourse: lestée par les résultats mitigés, Wall Street baisse

Mis à jour le 06/02/2019 | lesaffaires.com

REVUE DES MARCHÉS. Le discours de Donald Trump déçoit les investisseurs.

OPINION Bourse: dopée par la tech, Wall Street bondit à la fermeture
Mis à jour le 04/02/2019 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: les taux inchangés et les résultats dopent Wall Street
Mis à jour le 30/01/2019 | lesaffaires.com
Bourse: Apple enregistre sa pire séance depuis 2013
Mis à jour le 03/01/2019 | LesAffaires.com et AFP

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

Quels sont les titres qui ont marqué l'actualité boursière? Surprise: l'un d'entre-eux n'aura pu faire mieux que SNC.

Faut-il mettre fin au fractionnement de revenu de pension?

Cette mesure fiscale exclusive aux retraités cache des coûts appelés à grimper.

Le fractionnement de revenu, une stratégie claire-obscure

Un lecteur s’interroge sur le fractionnement de revenu de retraite. Première d’une paire de chroniques.