Quand le patron devient la patronne


Édition du 08 Décembre 2018

Frédéric Bevilacqua avait tout pour être heureux. À 47 ans, il avait l'emploi idéal pour lui : après avoir occupé des postes clés à la direction de Telus, de la Banque Laurentienne et de CGI, il était devenu, en 2016, le vice-président, ...

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

C'est la panique générale chez les employeurs canadiens!

15/02/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Ils vivent une catastrophe économique, et n'ont aucune idée de comment s'en sortir, selon une étude de PwC.

Le bonheur en deux tatouages, selon Micael Dahlén

11/02/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il est professeur à l'École d'économie de Stockholm. Et il a trouvé comment embellir votre vie à tout jamais!

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

15/02/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont marqué l'actualité boursière? Surprise: l'un d'entre-eux n'aura pu faire mieux que SNC.

Faut-il mettre fin au fractionnement de revenu de pension?

15/02/2019 | Daniel Germain

Cette mesure fiscale exclusive aux retraités cache des coûts appelés à grimper.

Le fractionnement de revenu, une stratégie claire-obscure

15/02/2019 | Daniel Germain

Un lecteur s’interroge sur le fractionnement de revenu de retraite. Première d’une paire de chroniques.