La start-up québécoise Dialogue obtient un financement de 12M$

Publié le 13/02/2018 à 06:02

La start-up québécoise Dialogue obtient un financement de 12M$

Publié le 13/02/2018 à 06:02

Par Denis Lalonde

Les cofondateurs de Dialogue: (de gauche à droite) le directeur de la technologie Alexis Smirnov, la directrice des opérations Anna Chif et le PDG Cherif Habib. (Photo: courtoisie)

La société québécoise Dialogue, qui fournit des services de santé virtuels et de consultations en ligne avec des médecins, obtient un financement de série A de 12 millions de dollars. 


La direction de Dialogue, entreprise fondée en mai 2016, souhaite utiliser ce montant pour étendre sa présence à travers le Canada, augmenter sa base de clientèle, lancer de nouveaux services et investir dans sa technologie. 


Le fonds d'investissement White Star Capital, qui possède des bureau à Montréal, Londres et New York, a mené la ronde de financement avec la participation du fonds allemand HV Holtzbrinck Ventures, de l'ontarien Portag3 Ventures. Au Québec, la Banque Nationale et Walter Financial ont aussi participé au financement.


Pour l'instant, Dialogue compte sur une équipe composée de 50 employés à temps plein et de 100 professionnels de la santé contractuels à Montréal. «Le financement obtenu nous permettra d'implanter des équipes en Ontario et dans d'autres provinces canadiennes, notamment en Alberta et en Colombie-Britannique, pour mieux desservir ces marchés», explique Cherif Habib, PDG de Dialogue, en entrevue. 


«Nous voulons tripler la taille de l'entreprise en 2018 et la doubler en 2019. Ce sont des objectifs très agressifs, mais nous sommes confiants de pouvoir les atteindre», précise le dirigeant.


Au cours de la dernière année, près de 150 employeurs ont commencé à offrir les services de Dialogue à leurs employés et leurs familles, ce qui représente une croissance de 1500% pour la base d’utilisateurs de la société. 


«Nous ne dévoilons pas combien de gens utilisent notre plateforme au Canada, mais ça se compte en dizaines de milliers», affirme M. Habib. 


L'entreprise compte parmi ses clients des entreprisses comme Ubisoft, Cossette, Industrielle-Alliance, Power Corporation du Canada, BCF, le Cirque du Soleil et Stingray Digital. «Nous n'offrons pas nos services directement aux consommateurs. Pour utiliser notre plateforme, les individus doivent être à l'emploi d'une entreprise cliente», raconte M. Habib.


Les employeurs assument 100% des frais. Ceux-ci sont de 15$ par employé par mois pour les entreprises de 100 employés et moins et de 12$ par employé par mois pour les entreprises de 101 à 249 employés. Les entreprises de plus grande taille peuvent quant à elles obtenir des forfaits personnalisés selon leurs besoins. 


Vers une expansion internationale?


Si, pour le moment, l'entreprise souhaite accorder toute son énergie à consolider sa présence au Canada, une expansion internationale serait dans les plans d'ici deux ans. M. Habib soutient que Dialogue pourrait obtenir un financement de série B d'ici 18 à 24 mois pour l'épauler dans l'atteinte de cet objectif.

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

À la une

L'empreinte montréalaise dans Blade Runner 2049

24/02/2018 | Denis Lalonde

Il n'y a pas que le réalisateur Denis Villeneuve qui a légué une empreinte québécoise au film Blade Runner 2049.

Pourquoi Buffett refuse de dépenser ses 116 milliards de liquidités

24/02/2018 | Yannick Clérouin

BLOGUE. Il voit un obstacle à pratiquement toutes les transactions potentielles.

À la Bourse comme aux Olympiques

Mis à jour le 24/02/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. En Bourse, cela signifie qu’il vaut mieux rester à l’intérieur de son cercle de compétences.