Non au boycott, oui à l'achat intelligent

Publié le 03/07/2018 à 15:39

Non au boycott, oui à l'achat intelligent

Publié le 03/07/2018 à 15:39

Par Nicolas Duvernois

(Photo: 123rf.com)

Depuis que nos voisins du Sud ont élu leur président, j’entends de plus en plus souvent circuler l’idée de boycotter les produits américains afin de montrer notre mécontentement envers les choix politiques de leur leader.


Depuis le début des renégociations de l’Accord de libre-échange nord-américain et surtout ces dernières semaines, où certains tarifs douaniers ont été injustement imposés au Canada, ce discours est de plus en plus populaire et devient une réelle option. 


La mondialisation de nos sociétés, et donc de nos échanges économiques, fait en sorte qu’une guerre commerciale n’est jamais une bonne idée. La plupart des produits que nous consommons au quotidien traversent, de leur conception à leur finition, diverses frontières territoriales. Cela rend les différents tarifs douaniers totalement impossible à contrôler. Une telle guerre dans un univers aussi complexe et fragile ne ferait que des perdants.


En regardant agir M. Trump, je dois vous avouer que je comprends les personnes qui décident d’aller de l’avant et de choisir de ne pas aller sur les plages de Floride ou de ne plus consommer tel ou tel produit «Made in USA».


Quoique drastique, cette réaction montre à quel point nous détestons les échanges acrimonieux entre les États-Unis et le Canada et illustre notre ras-le-bol de la situation. 


En tant qu’entrepreneur, la dernière chose que je veux est que cette guerre populiste nuise au climat économique extrêmement prospère qui règne en ce moment. Quoi de pire qu’une guerre commerciale pour détruire des années de travail, d’efforts et de collaboration?


En tant que consommateur et citoyen averti, j’ai pris le choix de ne pas boycotter les produits américains, ni d’annuler certaines de mes vacances prévues cet été aux États-Unis. 


Imaginez si les américains boycottaient mes produits où ceux de tout autre entrepreneur québécois ou canadien, sous prétexte qu’ils n’aiment pas les politiques de Justin Trudeau. Imaginez les conséquences pour les milliers de travailleurs de l’industrie touristique aux quatre coins du Québec qui verraient les touristes américains déserter la province. 


À mes yeux, bien que ce soit parfois difficile à accepter, les problèmes politiques doivent se régler par des discussions et des négociations et non par la vengeance des consommateurs. 


Pour ma part, la modération à bien meilleur goût. L’achat intelligent et non émotionnel reste le meilleur des achats. Vous me connaissez. Dès que je découvre un produit québécois qui me plaît, je deviens immédiatement un consommateur... et même un porte-parole! Cependant, il y a également de superbes produits au sud de la frontière que j’aime également consommer et que je suis également fier de supporter.


Il ne faut jamais oublier, une fois de plus, que les économies canadienne et américaine vivent en grande partie grâce à des centaines de milliers de petites et moyennes entreprises.


On n’y pense pas souvent, mais le boycott affecte très peu souvent l'entreprise que l’on cible. Quand on boycotte le ketchup Heinz, par exemple, ce n’est pas la société mère qui en souffre le plus; ce sont les centaines de fermes locales au sud de la frontière et au Canada que l’on punit réellement. L’exemple est aussi valable pour la bière, l’automobile et bien d’autres industries. 


Soyons des consommateurs avertis. Privilégions toujours nos propres entrepreneurs, mais soyons aussi à l’affût de ce qui se fait de bien ailleurs. Non au boycott, mais oui à l’achat intelligent!

À suivre dans cette section


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

À la une

Des données «portables» pour les internautes

20/07/2018 | AFP

Des géants de la tech, dont Facebook, promettent de faciliter la portabilité des données

Le Club Med «made in Quebec» porte maintenant un nom

20/07/2018 | Catherine Charron

Dites bonjour au Club Med Québec Charlevoix.

Le Japon renoue avec le blé canadien

Le Japon avait interrompu ses importations après la découverte de blé génétiquement modifié et non autorisé en Alberta.