Les Canadiens haïssent le marketing de contenu en ligne!

Publié le 24/10/2017 à 06:19

Les Canadiens haïssent le marketing de contenu en ligne!

Publié le 24/10/2017 à 06:19

Par Olivier Schmouker

Il leur arrive alors de voir rouge... Photo: DR

Au Canada, la plupart des consommateurs disent détester le marketing de contenu diffusé en ligne, à savoir le contenu informatif qui est rédigé par un annonceur et diffusé par l'entremise de différents médias, y compris les sites web d'information (ce qui correspond, dans ce cas-là, à ce qu'on appelle de la «publicité native»). Ils sont en effet 58% à considérer que cette pratique publicitaire les rend «beaucoup moins confiants» envers l'annonceur, et 50% envers le média utilisé. C'est du moins ce qui ressort de l'étude Perceptions des consommateurs sur la publicité 2017 réalisée par le cabinet-conseil torontois The Gandalf Group pour le compte des Normes de la publicité, l'organisme canadien d'autoréglementation de la publicité.


À cela s'ajoute le fait que 1 Canadien sur 5 cliquent «souvent» sur ces contenus publicitaires-là en croyant cliquer sur du contenu journalistique, et en ressentent une vive frustration. Du coup, ils sont 68% à réclamer que les sites d'information permettent une meilleure distinction entre ces publicités et le contenu journalistique, par exemple à l'aide de mentions claires du genre «marketing de contenu» ou «publicité native».


Ce n'est pas tout! D'autres pratiques publicitaires en ligne horripilent les consommateurs canadiens :


> Marketing d'influence


Cette pratique consiste à souvent à faire la promotion d'un produit dans un blogue, par exemple par l'entremise d'un YouTubeur. Or, 67% des consommateurs canadiens disent que dès qu'ils se rendent compte que l'influenceur en question est en train de leur vanter les mérites d'un produit à la demande d'un annonceur, ils ont pris la décision de ne pas suivre la recommandation de l'influenceur. Pis, 60% ont alors pris la décision de ne jamais acheter ce produit-là à l'avenir.


À noter toutefois que les milléniaux (grosso modo les 18-34 ans) ne sont pas aussi réfractaires au marketing d'influence que les autres consommateurs canadiens. Ils sont 56% à avoir refusé d'acheter à court terme le produit vanté par le blogueur, et 38% à affirmer ne jamais l'acheter à l'avenir.


> Prix partiels


Au Canada, 3 consommateurs sur 4 estiment que la pratique des prix partiels (drip pricing, en anglais) - l'ajout de frais inattendus au moment de passer à la caisse - réduit leur confiance envers l'annonceur. Et ils sont tout autant à réclamer une règlement interdisant carrément cette pratique qui fait croire à un prix concurrentiel alors qu'il ne l'est pas nécessairement.


> Désinformation populaire planifiée


Quelque 90% des consommateurs indiquent que la désinformation populaire planifiée (astroturfing, en anglais) - les fausses critiques payées par un annonceur et présentées comme des opinions impartiales - réduisent directement la confiance qu'ils ont envers l'annonceur. Le hic, c'est qu'ils ont beaucoup de mal à faire la part du vrai et du faux, si bien que 1 consommateur sur 3 reconnaît qu'il effectuera un achat en fonction de la critique présentée, même sans savoir si celle-ci est vraie ou fausse. D'où le fait que 75% des consommateurs aimeraient grandement qu'il y ait des règles interdisant ni plus ni moins les fausses critiques.


 

À suivre dans cette section


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Créez une connexion émotive entre vos clients et votre marque !

PODCAST. Lolë White Tour et Kanuk ont réussi à établir une relation authentique avec leurs ...

À la une: Lac-Mégantic, la guérison

Édition du 16 Juin 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là. En manchette, Lac-Mégantic, la guérison.

À la une

Des données «portables» pour les internautes

20/07/2018 | AFP

Des géants de la tech, dont Facebook, promettent de faciliter la portabilité des données

Le Club Med «made in Quebec» porte maintenant un nom

20/07/2018 | Catherine Charron

Dites bonjour au Club Med Québec Charlevoix.

Le Japon renoue avec le blé canadien

Le Japon avait interrompu ses importations après la découverte de blé génétiquement modifié et non autorisé en Alberta.