Canal+ mise sur l'Apple TV pour reconquérir des abonnés

Publié le 14/05/2018 à 06:26

Canal+ mise sur l'Apple TV pour reconquérir des abonnés

Publié le 14/05/2018 à 06:26

Par AFP

La chaîne française Canal+ va proposer à partir du 17 mai à ses abonnés la location d'une Apple TV à côté de ses décodeurs, dans le cadre d'un accord inédit avec le géant américain sur lequel il mise pour sa reconquête du marché français .


La filiale de TV payante de Vivendi mise sur la combinaison «des meilleurs contenus et des meilleures technologies» pour attirer un public jeune et urbain avec ses offres de télévision en ligne (OTT) premium pour faire croître à nouveau ses abonnés. 


«On veut faire de l'Apple TV un décodeur clef du dispositif, en particulier pour ceux qui utilisent internet pour accéder à la télévision», et qui ont un débit suffisant pour le faire, a expliqué à l'AFP Maxime Saada, le président du directoire de Canal+.


L'Apple TV est le boîtier vendu par la marque à la pomme qui permet notamment de visionner des contenus en streaming sur un téléviseur.


La location de l'Apple TV «est une première mondiale», a souligné le responsable de Canal+, alors qu'Apple, qui ne proposait jusque là cet équipement qu'à la vente compte ainsi faire progresser sa base de clients en France.


Concrètement, Canal+ va proposer à ses abonnés en direct de louer soit un décodeur, soit l'Apple TV pour un prix unique de 6 euros par mois, auquel s'ajoute l'abonnement à son bouquet à partir d'une vingtaine d'euros mensuels.


Cette offre ne concerne pas les abonnés via les opérateurs télécoms ni ceux qui reçoivent la chaîne cryptée via le satellite, soit environ 2 millions.


Le groupe qui avait perdu environ un million d'abonnés en cinq ans, a refondu fin 2016 son offre avec un éventail de nouveaux abonnements modulables, mettant fin à son offre unique à environ 40 euros. Il a par ailleurs signé des accords de distribution avec les opérateurs.


Avec l'offre en location de l'Apple TV «on passe à la troisième étape dans la reconquête du marché français, c'est d'offrir la meilleure expérience possible de télévision», a souligné Maxime Saada.


L'Apple TV 4K offre une navigation plus fluide que les décodeurs classiques, et de nouvelles fonctionnalités comme le "multilive" qui permet de scinder l'écran en 4 zones pour permettre de suivre par exemple quatre matches en simultané, et la commande vocale via Siri.


«On s'affranchit de contraintes que l'on a pu avoir dans le passé, de vouloir tout maîtriser dont l'équipement», explique Maxime Saada.


Canal+, qui n'a pas fourni d'objectif de vente, espère encourager l'usage de ses services, ce qui selon ses projections, devrait fidéliser sa base d'abonnés et réduire de façon cruciale le taux de désabonnement.


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

À surveiller : Alphabet, Apple et Roku

19/10/2018 | Stéphane Rolland

Que faire avec les titres d’Alphabet, Apple et Roku? Voici quelques recommandations d’analystes.

Votre cybersécurité est menacée sur votre téléphone intelligent

11/10/2018 | AFP

«71 % des fraudes et escroqueries diverses ont lieu » sur ces appareils, selon le bras « cybersécurité » de Dell.

À la une

La montée des inégalités est un (mauvais) choix de société (2)

20/10/2018 | François Normand

ANALYSE - Les entreprises doivent mieux partager la richesse, selon des patrons. C'est bien, mais il faut en faire plus.

C'est le temps de penser à votre planification de fin d'année

C'est le moment d'examiner vos finances et de profiter des possibilités de planification fiscale avant le 31 décembre.

Après les Panama papers, les banques françaises encore épinglées

19/10/2018 | AFP

Trois banques françaises sont à nouveau épinglées par des révélations de presse sur un scandale d'optimisation fiscale.