Kaspersky: l'antivirus accusé d'espionner pour le compte du Kremlin

Publié le 23/10/2017 à 15:08

Kaspersky: l'antivirus accusé d'espionner pour le compte du Kremlin

Publié le 23/10/2017 à 15:08

Par AFP

Photo: Gettyimages

La société de sécurité informatique russe Kaspersky Lab a annoncé lundi qu'elle allait proposer à des experts neutres d'analyser son célèbre antivirus afin d'écarter les accusations d'espionnage au profit du Kremlin.


«Kaspersky Lab incitera la communauté de la cybersécurité dans sa globalité et d'autres parties prenantes à valider et vérifier la fiabilité de ses solutions, de ses processus internes et de ses opérations commerciales», a-t-elle indiqué dans un communiqué.


«Dans le cadre de cette initiative, la société a l'intention de fournir à un tiers de confiance, et sous condition, l'accès au code source de ses logiciels - y compris les mises à jour des logiciels et des règles de détection des menaces - à des fins d'examen et d'évaluation indépendants », a-t-elle expliqué.


Soupçonnant la société russe de travailler main dans la main avec le Kremlin, la Sécurité intérieure américaine a ordonné en septembre à tous les fonctionnaires fédéraux de désinstaller tous les antivirus de Kaspersky Lab, qui équipent 400 millions d'ordinateurs dans le monde.


«La cybersécurité n'a pas de frontières, mais les tentatives d'établissement de frontières nationales dans le cyberespace sont contreproductives et doivent être stoppées. Nous devons rétablir la confiance dans les relations entre les entreprises, les gouvernements et les citoyens», a relevé Eugene Kaspersky, cité dans le communiqué du groupe qu'il dirige.


«C'est pourquoi nous lançons cette initiative de transparence mondiale: nous sommes totalement ouverts et nous n'avons rien à cacher », a-t-il souligné. 


Jurant une fois de plus que ses produits ne sont pas équipées de «portes dérobées» (backdoors) qui laisseraient fuiter des informations vers Moscou, Kaspersky Lab a aussi annoncé lundi l'ouverture entre 2018 et 2020 de trois « centres de transparence » où experts, gouvernements et clients auront accès aux résultats de ces audits et pourront discuter de leurs éventuelles préoccupations.


 


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

Sur le même sujet

Les États-Unis accusent la Chine du piratage du groupe hôtelier Marriott

12/12/2018 | AFP

Les États-Unis ont accusé mercredi la Chine de mener des cyberattaques sur leur sol, dont celle du groupe Marriott.

Les entreprises canadiennes ont dépensé 14G$ en cybersécurité

16/10/2018 | lesaffaires.com

95 % des répondants à ce sondage ont affirmé avoir recours à « une certaine forme de cybersécurité ».

À la une

CDPQ : des enjeux de gouvernance font ombrage aux bons résultats

21/02/2019 | Daniel Germain

Les déboires de la filiale Otéra Capital ouvrent la voie à une réflexion plus large.

Michael Sabia à la défense de SNC-Lavalin

21/02/2019 | Stéphane Rolland

« C’est important de comprendre l’ampleur du changement qu’il y a eu dans cette société», rappelle-t-il.

La Caisse échappe aux pertes

21/02/2019 | Stéphane Rolland

La Caisse a affiché un rendement de 4,2% en 2018, malgré une année difficile sur les marchés boursiers mondiaux.