Salesforce investit 2G$ dans ses activités canadiennes

Publié le 08/02/2018 à 10:54

Salesforce investit 2G$ dans ses activités canadiennes

Publié le 08/02/2018 à 10:54

Par Denis Lalonde

(Photo: 123rf.com)

L'entreprise de logiciels Salesforce investira 2 milliards $ au cours des 5 prochaines années pour augmenter sa présence sur le marché canadien.


Le président et chef de la direction de la société, Marc Benioff, en a fait l'annonce avant une rencontre prévue avec le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, au siège social de Salesforce à San Francisco.


La société, qui se spécialise dans les logiciels de gestion de la relation client (CRM) dit compter plus de 6000 clients au Canada, incluant Air Canada, Husky Energy, Loblaws, Roots, Telus, Manuvie et la Banque TD.


Salesforce compte aussi 1300 employés à travers le pays.


L'entreprise n'a toutefois pas précisé si les investissements promis allaient créer plus d'emplois au Canada, ni les régions qui allaient en bénéficier.


Le titre de Salesforce (NY., CRM) reculait de 1,84$US, ou de 1,67%, à 108,21$US à la Bourse de New York en milieu de matinée.


 


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

À la une

Un truc génial pour (enfin) équilibrer vie privée et travail!

BLOGUE. Une précieuse astuce signée Stephen Covey, à même de changer votre quotidien du tout au tout. Si, si...

10 choses à savoir lundi

Il y a 31 minutes | Alain McKenna

Vers un rachat de Tesla par Apple? Les mâles alpha sont les pires investisseurs, pourquoi vos pantalons sont sexistes.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Mis à jour il y a 24 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Les investisseurs sont pris entre la Chine et la Turquie.